Quand le père Noël emplit sa hotte dans les boutiques

Abonnés
  • Les lumières de la ville, comme ici devant l’hôtel de ville, apportent un certain plus.
    Les lumières de la ville, comme ici devant l’hôtel de ville, apportent un certain plus.
  • Les lumières de la ville, comme ici devant l’hôtel de ville, apportent un certain plus.
    Les lumières de la ville, comme ici devant l’hôtel de ville, apportent un certain plus.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Ce matin, au pied du sapin, les cadeaux étaient là. Reste qu’en dépit de la situation commerciale de la bastide, remplir la hotte du père Noël dans le centre-ville n’avait rien du parcours de combattant.

S’il est une évidence, elle réside bien dans le fait que Noël n’a pas la même saveur pour tous. Sans tomber dans la fable "les animaux malades de la peste" de La Fontaine et de son "selon que vous soyez puissant ou misérable", les vérités sautent encore et toujours aux yeux. Il suffisait de voir, vendredi, la longue file d’attente devant les locaux du Collectif alimentaire pour mesurer combien les fêtes peuvent, aussi, ne pas être synonyme de corne d’abondance. Ou encore de croiser en ce lundi soir 24 décembre quelques jeunes migrants traînant leur ennui dans la cité, pour se dire que rien n’est simple en ce bas monde. Encore moins en cette période festive familiale.

D’un point de vue pragmatique, manière de faire taire celles et ceux qui estiment que la ville commerciale se meurt et qu’il n’y a plus rien à attendre, il est facile de démontrer combien effectuer ses emplettes dans les échoppes des rues du centre historique et dans la périphérie immédiate (place de la République ou avenue du Quercy) est non seulement recommandé, mais particulièrement intéressant. Sans se crever les yeux sur un ordinateur à traquer les sites marchands d’internet, ou en prenant la poudre d’escampette pour aller chercher son bonheur ailleurs.

Un livre, pas de souci, le champ des possibles de La Folle Avoine est énorme. Idem pour tout ce qui est cadeaux d’intérieur, déco ou autres avec les différentes boutiques spécialisées, les jouets aussi avec Starjouet dont les vitrines continuent de faire rêver les gamins, sur une d’elles le propriétaire a d’ailleurs bien précisé : "Non, Starjouet ne ferme pas", manière de couper les ailes aux rumeurs. Sans oublier tout ce qui est bijoux classiques ou fantaisies, les vêtements, les chaussures et tout le reste ou encore tout ce qui a trait à l’artisanat avec les commerces permanents ou éphémères…

GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

455 €

A louer T2 d'une surface de 60m² - 1° étage traversant avec terrasse - Pro[...]

355 €

Secteur Hopital, T2 double exposition composé d'une pièce à vivre avec cuis[...]

144000 €

A deux pas du centre ville, Place Fontanges, appartement T3 * 2° étage offr[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir