Justice

Justice : violence et dégradations à la barre du tribunal de Rodez

Abonnés
  • Un Decazevillois  a été jugé hier en comparution immédiate.
    Un Decazevillois a été jugé hier en comparution immédiate. CPA -
Publié le / Modifié le S'abonner
Un trentenaire decazevillois souffrant d'alcoolisme et de toximanie a été jugé hier en comparution immédiate pour des faits de violence et dégradations à l'encontre de son voisin de palier.

"Je vous en prie, mille fois, trouvez une solution", implore  ce retraité decazevillois venu témoigner à la barre du tribunal  de Rodez dans le cadre d'une comparution immédiate pour des  faits de violence avec arme et dégradations. Des violences perpétrées à l'encontre  du retraité par son voisin de palier,  le 19 janvier, dans la cité du Sailhenc, à Decazeville.  Ce jour là, alors qu'il était au pied de l'immeuble, le retraité était interpellé par son voisin depuis la fenêtre de son appartement, au 3e étage. Après avoir prononcé des propos plus ou moins incohérents, il dit au retraité : "Attend, je descends".

"Il est arrivé en peignoir et pieds nus et tenait un couteau ouvert dans sa main", raconte avec émoi  la victime, ayant déjà eu plusieurs fois maille à partir avec ce voisin consommateur d'alcool et de psychotropes. Le mélange des deux provoque un cocktail détonant et c'est  tout le voisinage qui trinque. En témoigne le nombre de plaintes et de mains courantes (plus de 10) déposées à l'encontre du prévenu, au commissariat de Decazeville. 

Insultes, bruits, menaces en tout genre rythmaient ainsi depuis quelques années le quotidien des habitants de l'immeuble. "J'ai déconnecté ma sonnette, car il n'hésitait pas à venir sonner à 1 ou 2 heures du matin. Il nous a gâché la vie", raconte la victime. Pourtant, au début, lui et son  épouse ont plusieurs fois ouvert leur porte  au trentenaire. "Il nous faisait de la peine. On voyait bien qu'il était mal dans sa peau, alors on l'aidait comme on pouvait, notamment en lui donnant à manger", poursuit le retraité. Jusqu'au jour où la femme de la victime tombe malade. "Elle ne pouvait plus cuisiner, donc on a arrêté de le nourrir.", précise-t-il. C'est à partir de là  que le prévenu a commencé à proférer des menaces et des insultes racistes. De plaintes en mains courantes la vie dans cet immeuble du Sailhenc a suivi son cours jusqu'au 19 janvier et les faits de violence. Des faits aggravés par des dégradations.

Dégradations involontaires

Car lorsque les policiers ont finalement interpellé le trentenaire, ils l'ont conduit chez lui pour qu'il s'habille et se chausse. Et  là, en ouvrant la porte, ils découvrent des flammes et de la fumée."Heureusement  qu'ils sont remontés, tonne le procureur Cheril Chabbi, car tout l'immeuble aurait pu partir en flamme".  Le prévenu tente d'expliquer. "Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Je m'excuse pour tout ça. Et surtout, je n'avais pas l'intention d'être violent"

Des propos  qui n'ont pas eu l'air de convaincre les juges. Quant au ministère public, évoquant "un dossier très inquiétant", il requiert  12 mois  de prison avec sursis et mise à l'épreuve de 24 mois. Une peine doublée d'une injonction de soins et d'une interdiction d'entrer en contact avec la victime. Par ailleurs, il demande également à ce que le prévenu ne puisse plus "dès aujourd'hui" habiter dans  la cité du Sailhenc. Un réquisitoire suivi à la lettre par les juges du tribunal  qui ont également condamné le trentenaire alcoolique et toxicomane à  verser 500 € de dommages et intérêts à la victime.

 

L'immobilier à Rodez

274 €

RODEZ : Studio dans une résidence avec parking commun proche du Lycée Monte[...]

298 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Magnifique studio en coeur [...]

260 €

RODEZ : Décoration contemporaine pour ce studio entièrement MEUBLE comprena[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir