Aveyron : 20 années d'euro, l'analyse de la Banque de France de Rodez

  • Guilhem Blanchin etJean-Claude Aubert présentant les nouveaux billets de 100 € et 200 €
    Guilhem Blanchin etJean-Claude Aubert présentant les nouveaux billets de 100 € et 200 € CPA
Publié le , mis à jour

Dans le cadre de la semaine de l’économie, le directeur de la Banque de France de Rodez, Guilhem Blanchin, a évoqué les acquis et les défis de l’euro. à l’occasion des 20 ans de sa création.

La semaine dernière était celle de l’économie. À cette occasion, le directeur de la Banque de France de Rodez, Guilhem Blanchin, s’est penché sur les acquis et les défis de la monnaie unique, vingt ans après sa création. Ceux qui ont moins de 20 ans n’ont pas connu le franc. Les autres en ont des souvenirs plus ou moins lointains. Plus ou moins précis, souvent inexacts, comme on le verra par ailleurs. Voilà 20 ans, en effet, en 1999, que la monnaie unique a été créée. Et c’est en 2002 que les premiers billets en euros ont été mis en circulation. Le moment de rappeler que depuis février 2012, il n’est plus possible d’échanger les francs. Qui n’ont plus la moindre valeur. Hormis pour les collectionneurs.

Stabilité des prix

L’un des objectifs de la monnaie unique était de favoriser la stabilité des prix et des changes. Ainsi que le souligne la Banque de France, ces deux objectifs majeurs ont été atteints, avec notamment une inflation moyenne de 1,7 % durant les 20 ans qui ont suivi la création de l’euro, alors que ce taux moyen fut de 4,9 % durant les 20 années précédentes. Il en est de même pour le coût de la vie avec des prix qui augmentent deux fois moins vite depuis la création de l’euro. Stabilité des prix, donc, mais également stabilité des échanges.

19

Comme le nombre de pays européens qui ont adopté la monnaie unique. Ce qui représente quelque 340 millions d’habitants.

Le prix de la baguette

Venons-en au pouvoir d’achat. Selon les données de la Banque de France, il a augmenté de 14 % dans la zone euro, depuis 1999, de 20 % en France. On peut distinguer trois phases dans cette évolution. Une augmentation de l’ordre de 2 % par an, entre 1999 et 2007, un recul moyen de 0,1 % entre 2008 et 2013, et une nouvelle hausse moyenne de 0,9 % entre 2014 et 2018.

Comme le souligne Guilhem Blanchin, "on entend beaucoup de choses sur l’euro." Et les fausses vérités circulent abondamment sur le Net. C’est le cas notamment pour le fameux prix de la baguette. À en croire certains, ce prix serait passé de 1 franc à 1 euro ! Eh bien non ! Fin 2001, la baguette valait en moyenne 4,40 francs soit 67 centimes d’euro. Fin 2018, elle valait 0,90 euro. Soit une augmentation de 30 % en 17 ans, pour une augmentation annuelle de 1,6 %, à peine supérieure à l’inflation moyenne (+1,4 %).

Mobiliser l’épargne privée

Parmi les nouveaux défis ciblés par la Banque de France, il convient de renforcer la solidité de l’euro et de mieux répartir la prospérité et la convergence des niveaux de revenus.

Entre autres mesures prônées pour renforcer l’Union économique, la mobilisation de l’épargne privée en zone euro – une manne évaluée à 340 milliards d’euros – pour soutenir l’investissement des entreprises et l’innovation. La monnaie unique doit également continuer à affirmer son rôle international. Deuxième monnaie du système monétaire mondial (34 % des transactions internationales, contre 40 % pour le dollar), l’euro reste encore nettement en retrait du dollar pour les échanges financiers.

Nouvelles coupures

Le 28 mai, les deux nouvelles coupures de 100 € et 200 € arrivent en Aveyron comme sur l’ensemble du territoire national. Chaque billet comprend plus d’une dizaine de signes de sécurité, dont un hologramme satellite, afin de dissuader les faussaires. L’occasion de rappeler que la Banque de France de Rodez propose, gratuitement, aux commerçants des séances de formation à l’authentification des billets. Même s’ils sont peu nombreux en Aveyron, quelques faux billets, notamment de 20 euros, arrivent encore à passer entre les mailles du filet.

En chiffres

  • 1,7 % le taux d’inflation moyen dans les pays de la zone euro durant ces 20 dernières années.
  • 1,6 % le taux des crédits à l’investissement des PME en octobre 2018. Il était de 4,2 % en janvier 1999.
  • 1,5 % le taux des nouveaux crédits à l’habitat des ménages en décembre 2018. Il était de 5,6 % en décembre 1998.
  • Près de 7O % du capital de la Banque centrale européenne est apporté par les 19 états qui ont adopté la monnaie unique. Les 30 % restants sont financés par les autres États membres.
  • L’Allemagne (18,36 %) et la France (14,20 %) sont les principaux financeurs de la BCE.
  • 262 000 fausses coupures en euros, principalement de 20 et 50 €, ont été retirées de la circulation au second semestre 2018. Un chiffre en baisse de 13 % par rapport au premier semestre et de 28 % par rapport au second semestre 2017.

Joel Born
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?