Culture et Loisirs

Un premier forum pour promouvoir l’alternance

  • Une centaine de visiteurs pour cette première à Millau.
    Une centaine de visiteurs pour cette première à Millau.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

L’antenne millavoise de Pôle emploi a réuni une vingtaine d’acteurs.

Que ce soit dans le secteur du bâtiment, de l’industrie, de l’agriculture, de la santé ou de la restauration, le constat est le même : la pénurie de main-d’œuvre se fait ressentir du côté des employeurs. Pour tenter d’y remédier, l’antenne millavoise de Pôle emploi, en partenariat avec les chambres consulaires, les centres de formations, la mission locale et le conseil régionnal, organisait une journée pour l’alternance mercredi 22 mai, à la salle de la Menuiserie pour mettre en relation une vingtaine d’acteurs et les éventuels futurs candidats. "Cette pénurie n’est pas qu’Aveyronnaise, précise Marie Cubaynes, responsable d’équipe au Pôle emploi de Millau. Elle concerne tous les métiers techniques qualifiés."

Changer les mentalités

Présent sur le forum, Jordi Thocaven, responsable des ressources humaines pour l’armaturier Amsa, à Saint-Rome-de-Tarn, qui compte 80 salariés, cherche en quasi-permanence de nouvelles compétences, cinq à six personnes actuellement. "Il n’y a pas de formation pour notre métier mais nous formons directement depuis l’entreprise, explique-t-il.

Qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, on fonctionne plus avec leurs capacités que le pedigree mais il faut accepter un métier difficile et physique, et de travailler en deux-huit."

Ce jour-là, sur la centaine de visiteurs, trois ont laissé leurs CV, "déjà ça".

Au-delà de trouver les bons éléments pour renforcer les effectifs de certaines sociétés, cette journée de l’alternance, la première à Millau, était aussi l’occasion de "faire évoluer la mentalité des parents, et pas seulement".

"L’alternance ne concerne pas uniquement les jeunes de 15 ou 16 ans, insiste Marie Cubaynes. Ce n’est pas non plus une voie de secours mais peut-être une voie d’excellence. Certains sont sûrs d’être embauchés à l’issue de leur alternance."

La preuve en est avec Marie Terral, passée par l’alternance il y a trois ans au Relais Millau-Larzac et la Chambre de commerce et d’industrie (CCI de Rodez, et titulaire depuis, présente sur le forum aux côtés de Philippe Leclerc, directeur d’exploitation.

Basée sur une relation de confiance entre l’employeur et le candidat, l’alternance peut aussi être un moyen de se faire une idée sur des métiers parfois méconnus, alors que certains jeunes cherchent leurs voies.

Et montrer, d’un côté comme de l’autre, que les ressources peuvent être locales.

JDM
Réagir