Justice

Rodez : bipolaire, il menace de tuer sa famille

  • L'affaire était jugée ce mercredi au tribunal de Rodez.
    L'affaire était jugée ce mercredi au tribunal de Rodez. Centre Presse / Archives José A. Torres / Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Un homme d'une cinquantaine d'années a comparu au tribunal correctionnel de Rodez. 

À la barre, le prévenu, un quinquagénaire désormais domicilié à Albi, est tout tremblant. « Je suis émotif », dit-il du bout des lèvres avant de confier qu’il suit un lourd traitement pour bipolarité. Une pathologie qui explique peut-être, voire certainement, son geste du 15 décembre 2018…Ce jour-là, l’homme est «en crise». Il menace de se jeter du balcon de l’appartement familial, à Rodez. Son épouse prévient les secours. Ces derniers se rendent au domicile du couple en début d’après-midi et repartent. L’homme ne se calme pas pour autant…
Il reproche à sa femme, avec laquelle il a déjà eu maille à partir – il a été condamné à six mois de prison ferme en 2011 pour des violences conjugales –, d’avoir « prévenu la police ». Leur fils, âgé de 16 ans, s’interpose. Le père lui assène un coup de poing.


«Personne ne sortira vivant ! »


Puis file dans la cuisine pour s’emparer d’un couteau et lance « personne ne sortira vivant d’ici ! ». Un terrible huis clos s’installe alors…Jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre, prévenus par l’épouse dans la soirée.
Face au tribunal, ce mercredi, le prévenu dit ne pas vraiment se souvenir de cette journée. Selon les experts, présentant l’homme comme « dangereux », cette amnésie se justifie par la prise excessive de médicaments. « Mon client a un problème de santé. Il se reconstruit petit à petit et suit son traitement », explique Me Gaudy. « Sa famille ne veut pas l’accabler. Il est juste malade », dira également la partie civile. «J’ai cru être plus fort que ma maladie et ce jour-là, je sentais que j’allais faire une crise», appuie le prévenu. Le tribunal lui évitera finalement un retour en prison en le condamnant à un suivi sociojudiciaire et une injonction de soins durant huit ans. « Si vous ne respectez pas cela, ce sera un retour à la case prison pour vous », prévient la présidente, Sylvia Descrozaille, en conclusion de l’audience…
 

Mat.R
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

160000 €

En exclusivité dans votre agence Stéphane Plaza Immobilier Rodez ! Apparte[...]

290000 €

Quartier de Bel Air, charmante maison de 200 m2 habitables avec une partie[...]

45 €

RODEZ : Place de parking couverte et sécurisée au sein du Parking Saint Cyr[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir