Environnement

Punaises de lit : un enfer psychologique

  • Punaises de lit : un enfer psychologique
    Punaises de lit : un enfer psychologique
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Dans de nombreuses villes en France et dans le monde, les victimes des infestations de punaises de lit subissent des effets psychologiques importants. Plusieurs études se font l’écho de cet impact non négligeable sur la santé mentale.

Des piqûres rouges regroupées en grappes qui démangent, associées dans certains cas à une réaction allergique. Voici peut-être le signe que votre domicile est envahi de punaises de lit. Les nombreuses victimes de ces infestations témoignent d’un enfer pour se débarrasser de ces nuisibles. Bien qu’ils ne transmettent pas de maladies graves, ces insectes sont une plaie dont il est particulièrement difficile de venir à bout.

Pas étonnant dans ces conditions que ces infestations aient des conséquences psychologiques importantes. C’est ce que dénonce notamment un collectif de 17 associations à Marseille, particulièrement concerné par ce fléau. Lors d’une manifestation devant l’ARS Paca ce 5 novembre, ses membres réclamaient que ce phénomène soit reconnu comme un problème de santé publique.

Syndrome de stress post-traumatique

Et pour cause, se débarrasser de ces bestioles est très complexe. Comme le décrit la Société Parasystem12 de traitement des punaises de lit, « il est rare d’arriver à se débarrasser des punaises de lit en une seule fois, ces insectes étant très résistants ». Alors logiquement, outre l’idée répugnante de partager votre maison avec ces nuisibles, le temps passé à tenter d’en venir à bout peut rendre fou. Et ce n’est pas une métaphore.

Une étude confirmait dès 2012, l’impact réel sur la santé mentale des victimes. Des chercheurs américains de la Mississipi State University avaient ainsi observé des symptômes émotionnels négatifs modérés à sévères liés à des piqûres de punaises de lit. Certaines de ces manifestations psychologiques allaient même jusqu’à correspondre aux critères d’un syndrome de stress post traumatique, selon les auteurs. Lesquels estimaient déjà que toute victime devrait bénéficier d’une prise en charge psychologique.

Par ailleurs, en cas d’infestation de nuisibles dans leur logement, les personnes se révèlent 5 fois plus exposées à des troubles anxieux et dépressifs que ceux qui sont épargnés. C’est le constat réalisé en 2017 par une équipe de l’Université de Montréal au Québec.

A noter : pour vous débarrasser des punaises de lit, lisez notre article ici.

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir