Culture et Loisirs

Castanet : Patrick Noppe, la fièvre créatrice

Abonnés
  • Patrick Noppe dans son atelier.
    Patrick Noppe dans son atelier. Hélène Lecarme / Hélène Lecarme
  • Patrick Noppe tenant des esquisses.
    Patrick Noppe tenant des esquisses. Hélène Lecarme / Hélène Lecarme
  • Satyre.
    Satyre. Hélène Lecarme / Hélène Lecarme
Publié le / Modifié le S'abonner

Coup de cœur pour l’artiste Patrick Noppe qui a installé son atelier en Aveyron.

« J’ai eu un coup de cœur pour l’architecture rurale, qui allie à merveille la possibilité de création d’un lieu de travail et celle d’un lieu de vie. » C’est ainsi que Patrick Noppe explique le choix d’installer son atelier sur Lardeyrolles (commune de Castanet), où il s’est fixé en 2016 avec sa famille, adoptant ainsi les racines aveyronnaises de sa femme.

Un hommage à Jean Langlois

Lorsqu’on demande à Patrick Noppe de parler de sa peinture, c’est d’abord un autre peintre qu’il évoque : un peintre assez méconnu de son vivant, car l’artiste ne cherchait pas la notoriété, mais un peintre actuellement reconnu, dont le fonds d’atelier vient de faire l’objet d’une vente aux enchères à Compiègne (Oise), et dont les toiles ont notamment été achetées par le musée de Nantes, la fondation Cartier, des collectionneurs privés tels que l’ancien président de la République François Hollande.
Jean Langlois enseignait le dessin avec modèle vivant et la recherche esthétique fondamentale à l’Esam (École supérieure des Arts Modernes à Paris), et Patrick Noppe a été son élève entre 1980 et 1983. La rencontre a été déterminante, a déclenché sa vocation de peintre, et les liens forts qu’ils ont pu nouer n’ont fait que se développer avec le temps. L’exigence du maître, qui reprenait sans relâche chaque détail, toujours à la recherche de la perfection, loin des modes, loin de l’art contemporain qui privilégie le concept sur le savoir-faire, est encore pour lui un modèle.

Des œuvres à profusion

Entrer dans un atelier d’artiste, c’est pénétrer au cœur de sa création. La beauté du lieu, son aspect chaleureux, accueillant, sa lumière, le foisonnement des œuvres qui s’accumulent et couvrent les murs, les objets qui l’encombrent : des bouquets secs au vieux canapé sur lequel traînent négligemment quelques vêtements, en passant pas masques et poteries, pots et pinceaux… Des miroirs auxquels sont accrochées des esquisses, la lumière qui tombe d’une petite fenêtre sur le visage d’une toile, la musique en sourdine… Tout contribue à créer une ambiance magique ! Entouré d’objets qu’il aime, Patrick Noppe utilise tout ce qu’il voit pour peindre : paysage aperçu de la fenêtre de l’atelier, bouquet de tournesols aux multiples versions, pots, masques...

« Faire chanter les couleurs »

L’artiste offre aux regards une peinture figurative mais, dit-il, « abstraite dans le geste » : faite de taches de couleur, sur de grands panneaux en médium, sa peinture à l’acrylique s’inscrit dans le courant des fauves et des nabis. Tout est prétexte à « faire chanter les couleurs » ! Avec des bleus, des verts d’une beauté singulière, et des couleurs chaudes aux nuances toujours agréables à l’œil, dans une sorte d’urgence à vivre et à peindre, l’artiste nous emmène dans un monde gai, chaleureux, plein d’énergie. Dans un geste spontané, d’une touche ample, il va à l’essentiel, sans s’encombrer de détails inutiles, faisant surgir la lumière : scènes de la vie quotidienne, natures mortes, paysages, nus, femmes, participent de ce bouillonnement créatif…

Une quête insatiable

Lorsqu’on s’étonne du nombre de tableaux qu’il n’a pas encore signés, le peintre parle de son « chantier permanent » : « La peinture, c’est le résultat d’un cheminement, de l’addition de sensations qui viennent de la littérature, de la musique, des choses de l’existence, de la présence d’un objet, pour tenter de rendre visible l’invisible ». Chercheur insatiable, c’est avec volubilité qu’il explique : « On avance, on cherche, on attend la petite étincelle, on cherche à atteindre le petit supplément d’âme qui fait toute la différence ».
Curieux de tout, bourreau de travail, boulimique, érudit, Patrick Noppe, peintre et sculpteur, emporte son interlocuteur dans un tourbillon d’idées et de références culturelles.
Une œuvre à découvrir !

Pour retrouver les œuvres de Patrick Noppe sur son site et entrer en contact avec lui : https://patricknoppeartistepeintre.wordpress.com/

 

Expositions

Depuis son arrivée en Aveyron, Patrick Noppe a exposé chaque année : en juin 2017, exposition « En son fort intérieur » (jeu de mots dû à l’appellation « fort » pour parler de l’église de Laguiole représentée sur les toiles), à l’office du tourisme de Laguiole ; en 2018, à la mairie de Salles-Curan ; à la salle des œuvres de Monteils en août 2019 ; il vient de participer à une exposition à Monteils, en novembre, au profit du Téléthon.

Hélène Lecarme
Voir les commentaires
L'immobilier à Castanet

209900 €

Coup de coeur assuré !!!. Maison en pierre proche de Rieupeyroux d'une surf[...]

517 €

RIEUPEYROUX - CASTANET Maison de campagne, comprenant : - rdc : un séjour a[...]

200600 €

Cette grande maison de 150M2 se situe à Castanet à 15 min de Baraqueville. [...]

Toutes les annonces immobilières de Castanet
Réagir