Villefranche-de-Rouergue : CinéAzur a racheté le Vox, réouverture le 15 janvier

  • Le cinéma Vox, fermé depuis mardi 31 décembre, rouvrira le 15 janvier avec un nouveau propriétaire.
    Le cinéma Vox, fermé depuis mardi 31 décembre, rouvrira le 15 janvier avec un nouveau propriétaire.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

C’est par une simple affichette apposée sur la porte close depuis mardi 31 décembre qu’on apprend enfin l’avenir du cinéma Le Vox, situé au 16, boulevard Charles-de-Gaulle.

Le voile est donc désormais levé sur le repreneur qui se trouve être la société CinéAzur dont le site internet est mentionné dans le message sibyllin mais suffisamment explicite : " Suite au changement de direction, la reprise des séances s’effectuera le 15 janvier 2020, le temps d’avoir l’autorisation officielle d’exploiter le cinéma par le Centre national du cinéma. "

Et derrière cette adresse se dessine un professionnel du cinéma puisque CinéAzur exploite sept salles ou complexes cinématographiques en sept lieux différents.

Sept cinémas pour le 7e art

Le premier, Le Casino, est à Antibes, dans le département des Alpes-Maritimes où semble se situer également le siège social de cette société. On trouve ensuite La Boîte à Images, à Brignoles, Le Raimu, à Cogolin, la Croisée des Arts, à Saint-Maximin-La-Sainte-Baume, et Le Rio, à Solliès-Pont, tous dans le département du Var.

En poursuivant, on s’aperçoit aussi que CinéAzur a racheté le Rex, à Foix, en Ariège, au printemps 2018. Et le petit dernier, le septième justement, qui vient couronner cette jolie panoplie du 7e art, Le Vox, à Villefranche-de-Rouergue.

Le tout faisant partie de la SARL La Cotentine, derrière laquelle se trouverait un quadragénaire nommé Sébastien Tacquet. " Nos collègues de l’Ariège décrivent d’ailleurs son “bilan plutôt réussi et porteur de beaux espoirs”. "

Mais si le compromis est signé, " l’acte définitif de vente ne l’est pas encore ", confie, prudente, Catherine Chiappini, venue, en 2008, rejoindre son mari, Didier, tombé, lui, dans le bain du cinéma à l’âge de 14 ans (il en a maintenant 60) puisque c’est son papa qui gérait les deux cinémas de Villefranche, Le Vox et le Rex, dès 1963.

On comprend que l’heure du repos a sonné pour Didier Chiappini qui, outre de nombreuses années passionnantes mais usantes à la tête des cinémas, puis d’un seul (le Rex a fermé en 1988), a dû faire face à de graves problèmes de santé mais aussi à la transformation du métier lorsque le dolby est arrivé suivi quelques décennies plus tard par le numérique. " L’exploitation d’une salle de cinéma a énormément évolué. Il faut se battre constamment pour avoir des sorties nationales et, en contrepartie, accepter le nombre de séances imposées ", explique Catherine Chiappini. " Il a aussi fallu faire de gros investissements financiers et le bâti a, lui, été refait en 2007. Un cinéma, c’est une gestion stressante. C’est presque un esclavage puisqu’on travaille sept jours sur sept ce qui empêche d’avoir une vie de famille normale et coupe de toute vie associative ", déplore-t-elle.

Ces adaptations nécessaires ont aussi été parfois difficiles à mettre en place pour le couple qui aspire maintenant à plus de tranquillité, de sérénité et surtout de liberté. Comme celle, par exemple, de retrouver leurs racines corses auprès de l’un de leurs deux fils installé sur l’île de Beauté.

Mais la signature tant attendue ne devrait pas tarder et la vente se concrétiser dans les tout prochains jours. Au temps des négociations, trois acquéreurs s’étaient présentés. Si l’un n’a pas donné suite, le second, Ouest Aveyron communauté ne possédait, semble-t-il, pas le savoir-faire spécifique pour cet outil ni l’enveloppe suffisante si l’on en croit les propos de Catherine Chiappini. " Avec la communauté de communes, j’ai l’impression que nous aurions été spoliés alors on a préféré un privé. Pour la ville et ses habitants, c’est mieux car c’est un vrai professionnel. " CinéAzur a non seulement fait valoir sa solide expérience mais également accepté les conditions des vendeurs qui restent d’ailleurs propriétaires des murs.

L’acquéreur a déjà prévu de faire des travaux dans les deux salles (de 170 et 90 personnes) durant cette première quinzaine de janvier. Il y aura aussi quelques améliorations, comme un terminal de carte bancaire, et des modifications, dont un nouveau comptoir de confiseries qui éclipsera les glaces. Sans oublier de nouvelles possibilités d’abonnement.

Embauches

" Il y aura des changements, c’est certain, mais c’est bien. C’est une nouvelle génération qui arrive, on était en fin de course ", souffle Catherine Chiappini, trop souvent confrontée à des incivilités dans les salles obscures. " Il fallait un homme à poigne comme mon mari pour se faire respecter. Le prochain propriétaire, lui, installera des caméras de surveillance partout pour visionner sur des écrans ce qui se passe où qu’il soit. "

Le point positif, c’est que ce dernier devrait embaucher. En attendant, sur le site, on peut déjà voir le premier film programmé par CinéAzur au Vox, il s’agira de La Vérité avec le duo Deneuve-Binoche.

Alors longue et belle vie au nouveau Vox qui, rappelons-le, fait partie des 6 000 salles de cinéma de France qui en compte le plus au monde !

Le cinéma qui ne s’est jamais si bien porté malgré toutes les vidéos à la demande et autres streamings à disposition car il est synonyme de moment convivial et de partage entre amis.

Marie-Christine Bessou
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

145000 €

Proche de toutes les commodités à pied, appartement T3 duplex traversant 72[...]

54000 €

Situé en coeur de bastide, dans rue commerçante, Immeuble composé en rez d[...]

235000 €

Très bel Hôtel particulier à restaurer avec nombreux éléments architecturau[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir