Les douaniers millavois au carrefour de tous les trafics

Abonnés
  • L’an passé, les douaniers millavois ont réalisé la deuxième plus grosse prise de l’Hexagone : près de 110 kg de méthamphétamines.
    L’an passé, les douaniers millavois ont réalisé la deuxième plus grosse prise de l’Hexagone : près de 110 kg de méthamphétamines. Centre Presse / José A. Torres / Centre Presse
  • Les douaniers sont autorisés à fouiller les véhicules.
    Les douaniers sont autorisés à fouiller les véhicules. Centre Presse / José A. Torres / Centre Presse
  • Lors des opérations de contrôles, les douaniers peuvent faire intervenir un maître-chien pour lever tout soupçon.
    Lors des opérations de contrôles, les douaniers peuvent faire intervenir un maître-chien pour lever tout soupçon. Centre Presse / José A. Torres / Centre Presse
  • Les douaniers millavois au carrefour de tous les trafics.
    Les douaniers millavois au carrefour de tous les trafics. Centre Presse / José A. Torres / Centre Presse
  • Centre Presse / José A. Torres / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Avec vingt-cinq agents, les services douaniers de la brigade de Millau multiplient les saisies de produits stupéfiants, de cigarettes ou de blanchiment. De bons résultats qui s’expliquent notamment par des effectifs en hausse mais également un amalgame entre agents expérimentés et plus jeunes.

 

Vêtus de leurs gilets jaunes, les douaniers de la brigade de Millau observent les véhicules qui franchissent la barrière du péage du viaduc.

Ce jour-là, loin de l’affluence des jours de départs en vacances, le nombre d’automobilistes et de chauffeurs routiers reste modeste. Les douaniers, attentifs, scrutent le visage des personnes qui s’avancent et tentent de déceler une attitude qui pourrait être suspecte. "On ne peut pas contrôler tous les véhicules, explique Nicolas Drapé, chef des services douaniers de la surveillance (CSDS) de la brigade de Millau. Nous devons nous concentrer sur ce qui attire notre attention."

Nicolas Drapé, chef  des services douaniers de la surveillance (CSDS) de la brigade de Millau
Nicolas Drapé, chef des services douaniers de la surveillance (CSDS) de la brigade de Millau - Centre Presse - José A. Torres

Pour cela, les douaniers disposent de plusieurs outils, mais l’observation reste la clé. Et contrairement à une idée reçue, la dénonciation ne représente qu’une infime partie des saisies réalisées. Les agents millavois se concentrent sur "les grosse quantités" de stupéfiants.

L’an dernier, les douaniers ont saisi plus de deux tonnes de drogues. Ils ont également réalisé la deuxième prise la plus importante de France : à la barrière du viaduc, ils ont intercepté un camping-car transportant près de 110 kg de méthamphétamines. Ils ont aussi saisi 790 kg d’herbe, 750 kg de résine de cannabis et 43 kg de cocaïne. Sans compter les importantes quantités de tabac, de monnaie destinée au blanchiment d’argent, etc.

"En saisissant de telles quantités, nous avons un réel sentiment d’agir et de lutter contre le trafic de drogue, souligne Nicolas Drapé. Même si nous sommes conscients qu’une certaine quantité passe à travers nos filets." Grâce à leurs vingt-cinq agents, les douanes millavoises sont capables d’assurer une présence très régulière le long de l’A75 – ils peuvent aussi intervenir jusque dans l’Hérault et la Lozère – ainsi qu’au péage du viaduc de Millau. Deux maîtres-chiens viennent compléter l’effectif.

Département de transit

Sur l’axe "stratégique" de l’A75, déviation de l’A9 qui remonte de la frontière espagnole pour rejoindre l’A6, les douaniers ciblent leurs contrôles pour intercepter les trafiquants qui remontent depuis l’Espagne, voire le Maroc, qui tentent de rallier les Pays-Bas, la Belgique ou l’Angleterre. "Les produits stupéfiants ne sont pas destinés à l’Aveyron. Ce n’est qu’un simple département de transit mais il est d’un grand intérêt quand même", ajoute Nicolas Drapé. " Quand on fait une prise comme celle réalisée en février2019, c’est autant de cannabis qui ne sera pas destiné à la vente dans les cités d’Ile-de-France et qui financera le terrorisme. On porte un coup aux organisations criminelles tout en aidant les collègues."

Installés depuis 2017 dans des locaux neufs de la zone d’activités Viaduc 1 – la brigade a été créée en 2005 – les douaniers disposent d’un outil "moderne, spacieux et désormais indispensable", selon le chef de la brigade de Millau.

Auparavant installés en centre-ville, " nous ne disposions pas de suffisamment de place pour inspecter des poids lourds par exemple, poursuit-il. Aujourd’hui, pour lever un doute, nous pouvons conduire un camion jusqu’à nos locaux pour une inspection rapide et plus poussée si nécessaire. " Un centre équipé d’un quai de déchargement et d’un pont élévateur.

Différentes générations

La montée en puissance de la brigade de Millau correspond aussi bien à l’installation dans ces nouveaux locaux qu’aux effectifs supplémentaires qui ont intégré le groupe de surveillance.

Les services douaniers en général ont également été renforcés à partir de 2015 et de la vague d’attentats qui a frappé la France.

Notamment en ce qui concerne la surveillance des frontières. "Mais ce qui fait l’efficacité d’une brigade, c’est également le mélange des générations : des douaniers expérimentés, associés à des plus jeunes – donc plein d’entrain – et à ceux qui sont là depuis plusieurs années, indique Nicolas Drapé. Une complémentarité qui fonctionne plutôt bien au sein de la brigade. " Difficile d’anticiper sur l’importance des saisies à venir. Mais, selon toute logique, elles devraient être supérieures sinon égales à celles réalisées antérieurement.

L’A75 reste un lieu de passage obligé pour les trafiquants.

En chiffres

  • 2 tonnes de drogues ont été saisies par les douaniers millavois, l’an dernier. La saisie de 110 kg de méthamphétamines a été la deuxième plus importante de l’Hexagone.
  • 50 kg de tabac ont également été confisqués lors de différents contrôles.

- Centre Presse - José A. Torres

Une nouvelle frontière à contrôler

Les services douaniers de la surveillance de la brigade de Millau sont également en charge de la surveillance du poste frontière de l’aéroport de Rodez-Aveyron. La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne va entraîner le rétablissement d’une frontière et donc de contrôles douaniers. "C’est une mission qui nous prend pas mal de temps, explique le chef des services douaniers de la brigade de Millau, Nicolas Drapé. Mais cela fait partie de nos missions de contrôle des frontières. Comme peut le faire la Police aux frontières (PAF) dans d’autres aéroports."

philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

285 €

Studio meublé de 17 m² proche centre Capelle - N820 - Studio meublé au 3eme[...]

795 €

N825 - A louer Appartement de type 3 pièces de 82m² au 8ème et dernier étag[...]

260 €

Studio meublé de 13 m² - N185 - Studio meublé de 13 m² dans une résidence c[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir