Une terrasse de 180 places, une chance pour le Passage Saint-Honoré à Paris

  • La clientèle a retrouvé ses habitudes à la terrasse du Passage Saint-Honoré à Paris (dans le 1er arrondissement).
    La clientèle a retrouvé ses habitudes à la terrasse du Passage Saint-Honoré à Paris (dans le 1er arrondissement). Repro CP / / Repro CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

A l’instar de bon nombre de leurs confrères de la capitale, et après plus de deux mois de fermeture, Mathieu Decruéjouls et Céline Cros ont ouvert leur établissement le 2 juin. Avec, comme valeur ajoutée, un espace extérieur qui offre une grande capacité.

Après avoir, pour lui, lâché la gérance du Café Divan, rue de la Roquette (dans le 11e arrondissement), et, pour elle, vendu l’hôtel L’Interlude, boulevard Daumesnil (12e arrondissement), Mathieu Decruéjouls et Céline Cros ont pris les rênes, le 1er octobre 2019, du Passage Saint-Honoré, situé place du marché Saint-Honoré (dans le 1er arrondissement), un magnifique établissement avec 320 places assises et une équipe de 25 salariés. 

Mais, entre les Gilets jaunes, les grèves pour la réforme des retraites et, enfin, le Covid-19, ils n’ont pas pu trouver leur vitesse de croisière. C’est donc en chœur qu’ils parlent de "gros soulagement" quand ils ont reçu le feu vert pour ouvrir mardi 2 juin. Ils poursuivent sur le sujet : "Nous étions certes contents mais cela ne s’est pas fait sans sueur et quelques nuits blanches car l’autorisation a été officialisée avant un week-end férié et ça a été l’apocalypse pour avoir les fournisseurs et pouvoir être approvisionnés". Mais, les deux maîtres des lieux et leurs salariés n’ont pas effectué ce marathon pour rien puisque "la clientèle a tout de suite répondu".

"Les Parisiens avaient besoin de sortir de leur appartement, de voir du monde et de partager une planche de charcuterie", assurent-ils. Par rapport à d’autres confrères, qui sont plus à l’étroit, Mathieu Decruéjouls et Céline Cros ont pu "voir plus grand". "J’en suis conscient et je mesure la chance inouie qui est la nôtre", reconnaît le patron.

Le Passage Saint-Honoré propose, en effet, déjà habituellement, 150 places sur deux terrasses exposées plein sud ("Tournées vers l’Aveyron !", selon l’expression fétiche des propriétaires. Mais, avec l’extension liée à l’autorisation de la mairie de Paris, ils peuvent installer 180 chaises. "Disons que ça permet de sauver les meubles, en profitant de la place fermée à la circulation". Pour ce qui est de l’effectif, Mathieu Decruéjouls est transparent : "Le chômage partiel nous a libérés d’un poids car tout le monde y était depuis le 15 mars. Cette aide de l’état a été précieuse. Nous n’avons pas un établissement adapté pour de la vente à emporter. Le 2 juin, on a redécollé avec la moitié de l’équipe et on fait rentrer le reste petit à petit. On s’adapte au quotidien". Et maintenant ?

"On attend !, souligne-t-il. Après les gros coups de pouce de l’état (chômage partiel donc et charges annulées), on attend ce que vont faire les assurances. J’espère toucher la perte d’exploitation. Ce serait une bouffée d’oxygène". "En attendant, le redémarrage est plutôt bon", conclut-il, souriant.

 

Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir