La sénatrice Benbassa entre dans le débat Solena

  • Le transbordeur installé  dans l’Igue du Mas.
    Le transbordeur installé dans l’Igue du Mas.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

La décision de la préfète de l’Aveyron, de proroger le délai de sursis à statuer jusqu’au 3 octobre prochain, au lieu de la date initiale du 3 juillet, sur la demande d’autorisation d’exploiter un pôle multifilières de valorisation et de traitement de déchets non dangereux sur les communes de Viviez et d’Aubin émise par la société Solena, a été officiellement provoquée par la crise sanitaire Covid-19.

Certains agitent le fait, non anodin à leurs yeux, que ce dossier Solena s’est invité dans les plus hautes sphères institutionnelles, le Sénat, et que cela peut avoir fait son effet… C’est par une question au Sénat, le 18 juin dernier à l’intention d’Elisabeth Borne, alors ministre de la Transition écologique et solidaire par la sénatrice Esther Benbassa, que ce dossier s’est invité au Palais du Luxembourg.

Ester Benbassa (Europe écologie Les Verts) lors d’une marche pour le climat à Paris, a croisé un adhérent d’Adeba qui l’a alerté sur ce projet et l’a rapproché de l’association qui s’oppose à la matérialisation de ce projet.

Après une étude approfondie du dossier, la sénatrice s’est fendue de ce courrier à la ministre. Elle y retrace l’historique industriel des villes de Viviez et d’Aubin, notant l’impact de l’activité métallurgique sur les sols et la pollution de l’eau avec, notamment, la diffusion de cadmium dans le bassin Adour-Garonne et cela jusqu’à la Gironde et au bassin de Marennes-Oléron.

Ce courrier souligne également que l’entreprise exploitante Umicore a procédé à une campagne de dépollution de divers sites industriels de l’Aveyron.

La Sénatrice demande à la Ministre "si elle va inciter le Sydom 12, à renoncer au projet Solena et à privilégier une solution de traitement des déchets publique et transparente, afin de permettre la réhabilitation complète des sols de l’ancien bassin aveyronnais". Pour l’instant, pour cause de remaniement ministériel, cette question est restée sans réponse. Élisabeth Borne, ayant désormais la charge d’un autre portefeuille ministériel. Ce qui ne refroidit pas Esther Benbassa qui compte bien recevoir une réponse. Elle va donc va poser la même question à la nouvelle ministre de la Transition écologique et solidaire Barbara Pompili, qui devra y répondre.

Une réponse très attendue par l’association Adeba.

ROBERT LOURENCO
Voir les commentaires
L'immobilier à Aubin

24800 €

Entre Decazeville et Firmi sur les hauteurs : Terrain constructible de 1745[...]

120000 €

A VENDRE-Immeuble à usage locatif comprenant 3 appartements loués + possibi[...]

136500 €

AUBIN - Sur 1900 m², vous apprécierez la tranquillité de cette grande mais[...]

Toutes les annonces immobilières de Aubin
Réagir