Rodez : les premiers appartements de la résidence seniors livrés en 2021

  • Les ouvriers sont à l’œuvre jusqu’au 15 septembre, pour la phase de démolition.
    Les ouvriers sont à l’œuvre jusqu’au 15 septembre, pour la phase de démolition. S.O. / S.O.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Après de longs mois d’arrêt, le chantier de la résidence seniors (anciennement clinique Saint-Louis) a repris normalement.

Après des mois d’atermoiement et la crise sanitaire qui n’a rien arrangé, les travaux de la résidence seniors en centre-ville ont repris. Ils en sont à la phase démolition, qui devrait durer jusqu’au 15 septembre.

Ces travaux de démolition ne concernent que l’intérieur puisque le bâtiment est protégé par sa proximité avec le palais épiscopal et la cathédrale.

Le chantier entamera ensuite la phase "construction". Celle que tous les futurs acquéreurs attendent avec impatience. "Nous tenons le bon bout cette fois-ci. La livraison des appartements est prévue pour avril ou mai 2021", se félicite Paul Bayle, l’entrepreneur à la tête de ce projet.

Cette première tranche comprend 49 lots (il en reste une dizaine à la vente). Côté location, "35 retraités ont mis une option sur les appartements. Les lots profitent de la défiscalisation donnée par la loi Censi-Bouvard. Il y a aussi une garantie pour les loyers", rappelle Paul Bayle, satisfait des travaux qui repartent.

À Decazeville aussi

Paul Bayle est même doublement heureux car la commercialisation du projet decazevillois avance aussi. Les bâtiments de France et le confinement avaient mis un frein au projet, place Cabrol.

Les permis de démolition, à la fois pour l’intérieur de l’hôtel, dont seul la façade restera et le cinéma le Family prennent du temps. Mais rien ne semble décourager l’entrepreneur, qui a de la suite dans les idées. Tombé "amoureux" de l’hôtel de France, il veut lui redonner ses airs d’autrefois, symbole de la grandeur de Decazeville.

Paul Bayle tient tellement au projet qu’il a obtenu "un effort financier important des acquéreurs". "Ils ont consenti cet effort car sans cela, le projet ne pouvait avoir lieu. Et Decazeville a besoin de ce projet", insiste l’homme d’affaires. En attendant, les permis sont déposés. Il faut donc attendre les délais (deux mois) pour les éventuels recours des tiers, avant d’attaquer la démolition.

Salima Ouirni
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

523 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Appartement avec vue degage[...]

411 €

Dans le centre ville de RODEZ venez découvrir cet appartement T2 de 39 m2 p[...]

230 €

APPARTEMENT COMPOSE D'UNE PIÈCE UNIQUE AVEC PETIT PLACARD DE RANGEMENT ET U[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir