Drive-in, prêt d'e-books, distributeur de livres... Les bibliothèques se mettent à la page face à la pandémie

  • Alors que la pandémie a contraint les bibliothèques publiques a fermé leurs portes, celle de Choa Chu Kang à Singapour a investi dans un distributeur automatique de livres. Alors que la pandémie a contraint les bibliothèques publiques a fermé leurs portes, celle de Choa Chu Kang à Singapour a investi dans un distributeur automatique de livres.
    Alors que la pandémie a contraint les bibliothèques publiques a fermé leurs portes, celle de Choa Chu Kang à Singapour a investi dans un distributeur automatique de livres. Courtesy of National Library Board
Publié le , mis à jour

(ETX Studio) - Il s'en passe des choses dans les bibliothèques, et que ce soit à Londres, New York, Singapour ou Paris. Alors que la crise sanitaire a contraint les lieux publics "non essentiels" à fermer leur porte, les bibliothèques font preuve d'imagination pour continuer leur activité tout en respectant les nouvelles restrictions sanitaires. Distributeurs de livres, prêt d'e-books… Tous les moyens sont bons pour contenter les rats de bibliothèque.


La London Library a récemment signé un partenariat avec le service de prêt numérique OverDrive afin de permettre à ses adhérents de louer des e-books dans le cadre de leur abonnement. Pour cause, un sondage interne avait révélé que 60% d'entre eux aimeraient lire plus d'e-books au quotidien. 

"La crise du coronavirus a également accentué l'importance de proposer du contenu numérique, d'autant plus quand il est difficile d'avoir accès aux collections physiques. Nos journaux en ligne et autres ressources digitales sont déjà très utilisés par nos membres", a constaté la London Library. 

Les bibliothécaires de l'institution britannique ont ainsi constitué un catalogue d'e-books disponibles à l'emprunt, qui contient des oeuvres souvent empruntées par ses adhérents londoniens ainsi que des livres distingués par des prix littéraires. Parmi eux se trouvent des ouvrages tels que "Grand Union" de Zadie Smith, "Girl, Woman, Other" ("Fille, femme, autre") de Bernardine Evaristo ou encore "Stern Men" ("La Tentation du homard") d'Elizabeth Gilbert.

Bien que la London Library accueille à nouveau du public depuis juillet, son fonctionnement a été grandement altéré par les nouvelles sanitaires sanitaires en vigueur au Royaume-Uni. 

Quand bibliothèque rime avec innovation

Même son de cloche de l'autre côté de l'Atlantique avec les 72 bibliothèques de la ville de Los Angeles, qui demeurent fermées jusqu'à nouvel ordre. Plusieurs d'entre elles ont lancé en juillet un service de "drive-in" littéraire pour permettre à ses adhérents de continuer à emprunter des livres malgré leur fermeture. Il leur suffit alors de passer commande en ligne et de venir récupérer les ouvrages empruntés à un horaire précis et, surtout, munis d'un masque.

"Apprendre à vivre avec la Covid-19 nécessite de mettre en place des initiatives créatives pour nous reconnecter avec des services publics de premier plan, et le service Library To Go permet aux citoyens de Los Angeles d'avoir accès à tous ces trésors culturels et civiques", a déclaré le maire de la ville, Eric Garcetti, dans un communiqué. 

Si les bibliothèques publiques de Los Angeles parient sur le "drive-in" pour satisfaire ses adhérents, celle de Choa Chu Kang à Singapour a récemment inauguré son propre distributeur de livres. 

Cet appareil automatique, installé dans le centre commercial Lot One Shoppers' Mall, continent de nombreux livres en anglais issus de la collection de la bibliothèque singapourienne. Les mordus de littérature peuvent aussi consulter le catalogue d'e-books de la bibliothèque publique de Choa Chu Kang, et effectuer des réservations directement sur l'automate.

Des tiers lieux solidaires

Si les bibliothèques déploient des trésors d'imagination pour continuer d'interagir avec leurs membres à travers des initiatives en ligne, nombre d'entre elles s'interrogent sur leur capacité à venir en aide aux communautés locales les plus précaires. Un récent sondage, réalisé auprès de 200 des membres de l'American Library Association, a révélé que 65% d'entre eux estiment que les bibliothèques devraient encore plus s'investir encore dans le social à l'avenir. 

Pour cause, les bibliothèques publiques sont loin d'être des établissements uniquement dédiés à la consultation d'ouvrages en tout genre. Les personnes en situation de précarité s'y rendent souvent pour accéder gratuitement à du matériel informatique, ou même s'y réfugier pendant les heures de fermeture des foyers d'hébergement. 

C'est pourquoi la bibliothèque publique de Toronto a décidé de s'associer avec les banques alimentaires de la ville afin d'inclure des livres pour enfants dans les paniers-repas distribués aux Torontois les plus démunis. 

"Un tiers des personnes qui se rendent dans nos banques alimentaires sont des enfants, donc nous savons que les familles apprécieront le fait que nos paniers-repas contiennent des livres", a expliqué Ryan Noble, le directeur exécutif de la banque alimentaire North York Harvest.

Ces initiatives solidaires seront notamment au coeur du 67ème congrès annuel de l'Association des Bibliothèques de France, dont le thème portera sur le thème "Les bibliothèques sont-elles indispensables ?". Une question saillante à laquelle il est plus important que jamais de répondre.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir