Football : première manquée pour Rodez

Abonnés
  • Les Ruthénois ont manqué d'un peu tout pour aller inquiéter Toulouse.
    Les Ruthénois ont manqué d'un peu tout pour aller inquiéter Toulouse. Reproduction Centre Presse - JLB
Publié le , mis à jour

Pour leur premier affrontement contre Toulouse, les Ruthénois se sont logiquement inclinés 3-0, samedi soir.
 

Le problème des derbies au temps du Covid-19, c’est que l’on ne peut même plus compter sur l’ambiance des tribunes pour avoir l’impression de vivre un moment particulier. Ce filet de sécurité n’aurait pas été superflu, hier, puisque la rencontre entre Toulouse et Rodez n’a pas pris les hauteurs qu’aurait méritées le premier affrontement entre les deux voisins en rencontre officielle. Malgré les efforts des quelques supporters toulousains venus narguer le couvre-feu, il a été bien difficile de s’emballer, hier, devant une rencontre pauvre en rythme, en occasions et faible techniquement.

L’impression de soirée à oublier est encore plus renforcée du côté ruthénois, puisque les hommes de Laurent Peyrelade ont concédé, hier, leur troisième défaite de rang. Après Clermont (3-0) et Troyes (1-0), ils se sont affrontés, il est vrai, à un troisième présumé cador de la division. Mais au-delà du résultat et de leur 17e place, le principal problème se trouve dans le sentiment d’impuissance qui a résulté de la prestation des sang et or. Car ce qui est une constante depuis le début de la saison commence à devenir une manie sacrément encombrante : quand ils concèdent le premier but, les hommes de Laurent Peyrelade s’inclinent à chaque fois.

Les occasions se sont fait attendre

Sur la pelouse du Stadium, que les Ruthénois ont retrouvé samedi soir après y avoir délocalisé sept rencontres à domicile la saison dernière, la solidité affichée une semaine plus tôt face à Troyes a volé en éclat avant la fin du premier quart d’heure. Sur la deuxième action des Violets, il aura suffi d’un bon centre de Steven Moreira et d’une inspiration d’Efthymios Koulouris, qui a laissé passer le ballon entre ses jambes, pour que Dejaegere se retrouve en position idéale afin d’ajuster Théo Guivarch (13e).

On le sait, un but encaissé tôt ne sied guère au plan de jeu des Ruthénois. Ils ont bien eu du mal à passer au plan B, hier, et il a fallu attendre le dernier quart d’heure pour les voir enfin menaçants. Le problème, c’est que Kevin Amian avait entre-temps doublé la mise sur coup franc direct (56e). Pour ne rien arranger, Maxime Dupé, le gardien toulousain, n’a pas été très consentant avec les velléités ruthénoises, lui qui a été auteur d’une double parade devant Ugo Bonnet et Ayoub Ouhafsa (77e), puis d’un sauvetage sur une tête de Loïc Poujol (86e).

La soirée ruthénoise a été plombée un peu plus par un penalty de Stijn Spierings à la fin des arrêts de jeu, alors qu’un tel débours n’était certainement pas mérité au vu du faible nombre d’occasions du Téfécé. Mais il aurait fallu faire bien plus pour espérer faire basculer le premier derby contre le club de la capitale régionale.

A Toulouse, Guillaume Verdu
Voir les commentaires
Réagir