Résurrection en vue pour la Chapelle royale de Rodez

  • Les tribunes (à droite), très abîmées, seront consolidées. Les fauteuils vont être remplacés et la restauration des tableaux et décors fera l’objet d’une seconde tranche.
    Les tribunes (à droite), très abîmées, seront consolidées. Les fauteuils vont être remplacés et la restauration des tableaux et décors fera l’objet d’une seconde tranche. Archives J.A.T.
  • Résurrection en vue  pour la Chapelle royale
    Résurrection en vue pour la Chapelle royale
Publié le , mis à jour

Le chantier de rénovation a repris après cinq ans de fermeture du site. Une réouverture au public est annoncée "avant l’été".

C’est un chef-d’œuvre du baroque rouergat qui est promis à retrouver son public dans quelques mois. La première tranche des travaux de restauration de cet édifice du XVIIe siècle, vestige de l’ancien collège des Jésuites de Rodez et propriété du Département, devrait être achevée "avant l’été 2021", avance Jean-François Galliard, président du conseil départemental.

Un budget conséquent

La Chapelle royale a fermé ses portes pour travaux en février 2016, les tribunes en bois formant une coursive au-dessus de la salle principale, menaçant de s’effondrer. De nombreuses expertises se sont alors succédé et la restauration proprement dite a été plusieurs fois reportée. Mais le travail a été à nouveau engagé l’été dernier concernant à tout le moins la première tranche consacrée à la consolidation des tribunes. 250 000 € y ont été engagés par le Département qui peut s’appuyer sur une aide de l’État (Direction régionale des affaires culturelles) de 104 000 €, soit 40 % de cette première tranche. La réouverture de la chapelle à la fin du printemps prochain ne signera pas pour autant l’achèvement d’un chantier évalué, dans son ensemble, à 650 000 € hors taxes. De nouvelles opérations suivront la consolidation des tribunes, comme la restauration des tableaux et bas-reliefs et des décors peints sous les tribunes, pour un montant de 100 000 € environ. Le remplacement des fauteuils (la chapelle accueille de nombreux concerts) représente quant à lui un investissement de 65 000 €. Au final, c’est "une opération qui coûte cher", confirme Jean-François Galliard, mais ce joyau culturel ruthénois, fermé depuis cinq ans, mérite bien une résurrection dans les règles de l’art.

Christophe Cathala
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

321 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE - Proche université Champoll[...]

359 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- T2 en coeur de ville. Entré[...]

495 €

APPARTEMENT SITUE RUE VIEUSSENS PROCHE MULTIPLEX DANS RESIDENCE CALME ET EN[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir