Bosch Rodez : le torchon brûle entre Christian Teyssèdre et Carole Delga

  • L’inquiétude grandit au sein de l’usine Bosch où pour la première fois la fermeture du site a été évoquée.
    L’inquiétude grandit au sein de l’usine Bosch où pour la première fois la fermeture du site a été évoquée. J.B.
Publié le

L'avenir de l'usine Bosch Rodez à Onet-le Château a engendré une passe d'armes entre le président de Rodez Agglomération et la présidente de la Région Occitanie.

Entre le maire de Rodez Christian Teyssèdre et la présidente de la Région Carole Delga, le dossier Bosch a été comme une étincelle mettant le feu à un baril de poudre. Mardi soir, chez nos confrères de France Bleu, qui souhaitait avoir l’avis de Christian Teyssèdre sur le cas délicat de l’avenir de Bosch, ce dernier « a chargé la présidente de Région », comme le titre le média. Et Carole Delga a démarré au quart de tour répondant aussi sec à la « furie politique » du président de l’agglo par un communiqué envoyé mercredi 17 novembre.
Le président de Rodez Agglomération reproche à la présidente de la Région Occitanie de ne pas avoir suivi la stratégie sur laquelle misait l’agglo, à savoir « de demander à Bosch de faire d’autres investissements, dans d’autres filières que le diesel - le groupe Bosch fait de l’électroménager, le groupe Bosch fait des vélos » pour, au lieu de cela, orienter Bosch vers l’aéronautique. « La Région ne nous a pas du tout suivis. La présidente de Région a dit : on doit travailler sur l’aéronautique. Elle a pris le téléphone et elle a appelé le directeur d’Airbus à Toulouse. Alors même que Bosch depuis 15 ans n’a jamais souhaité intégrer le pôle compétitivité aéronautique espace système embarqué ». Et de souligner : « Carole Delga a botté en touche. Alors que si elle nous avait suivis, on aurait une autre position par rapport à Bosch. Ce qui nous permettrait d’avancer ».
Des propos qui ont fait sortir la présidente de la Région de ses gonds : « Je ne peux pas accepter qu’on utilise l’avenir de 1 350 salariés pour régler ses comptes ou mentir comme M. Teyssèdre a l’habitude de le faire », écrit-elle. Elle poursuit : « La Région travaille depuis plusieurs mois et années pour envisager des pistes de diversification, mettre en place une stratégie et trouver des solutions concrètes. Nous avons créé des échanges entre les directions de Bosch et Airbus en envisageant les investissements nécessaires à la transition vers l’aéronautique. Nous avons financé la formation d’une centaine de salariés à de nouvelles compétences, nous poussons le projet de l’industrie du futur et le développement de la technologie hydrogène sur ce site pour le positionner sur une filière d’avenir et porteuse en termes d’emplois. Que propose C.Teyssèdre ? Rien, et donne une image déplorable. » Pour elle, « la solution pour une entreprise qui emploie plus de 1 300 personnes sur un territoire se trouve dans un collectif avec l’État et la diplomatie économique européenne ».
En attendant, l’inquiétude grandit au sein de l’usine Bosch où pour la première fois la fermeture du site a été évoquée.
Signe de crispation ? Début de bataille politique sur fond de Régionales ? Quoi qu’il en soit cette sérieuse passe d’armes entre Christian Teyssèdre et Carole Delga, même s’il est de notoriété publique que les deux édiles ne s’apprécient guère, pourrait laisser des traces. Et, ce, alors que le site de Bosch a surtout besoin d’unité pour défendre son site de production.
 

Ph. R.
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

9500 €

Situé à Onet le château, à vendre un emplacement de parking extérieur pour [...]

105000 €

IDEAL INVESTISSEUR : Dans résidence sécurisée appartement de type 3 en rez-[...]

165000 €

Maison 6 pièces sur un terrain de 259 m² située à Onet Le Château, proche d[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir
Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 8 jours Le 19/11/2020 à 09:49

La gabegie commence aux plus hautes sphères de l'Etat qui n'hésite pas à sacrifier l'industrie performante et Française du diésel au profit de l'électrique asiatique ; ne soyons pas surpris que cette politique suicidaire soit relayée par la région et ne nous étonnons pas de l'état de délabrement de notre pays !