Le Revenu de Transition Ecologique, un nouveau modèle économique pour initier une transition écologique

  • La ville de Marseille étudie la mise en place d'un Revenu de Transition Ecologique.
    La ville de Marseille étudie la mise en place d'un Revenu de Transition Ecologique. Florian Barras
Publié le

(ETX Studio) - dir="ltr">Sophie Swaton, économiste et philosophe, travaille avec sa fondation Zoein dans la mise en place d'un Revenu de Transition Ecologique pour permettre aux territoires d'initier une transition écologique. La ville de Marseille devrait initier un groupe de travail pour la mise en place de ce revenu dans sa commune. Rencontre.


Quatre collectivités se sont pour l'instant engagées dans l'expérimentation : la ville de Grande-Synthe dans le Pas-de-Calais, l'écosystème coopératif de Tera dans le Lot-et-Garonne, la haute vallée de l'Aude et la communauté d'agglomération d'Epinal.

Marseille devrait démarrer un groupe de travail avec les acteurs de la ville et la fondation Zoein au mois d'avril pour plancher sur la mise en place de ce revenu.

Qu'est-ce que le Revenu de Transition Écologique (RTE) ?

Le RTE est un outil à disposition des politiques publiques pour accélérer la transition sur les territoires. Il permet aux activités issues de nouvelles initiatives en faveur de la transition écologique et du lien social, quel que soit l'activité (agroécologie, art, permaculture, journalisme environnemental, etc.) d'obtenir un revenu minimum. L'objectif avec le RTE est de transformer ces activités en emplois rémunérés en proposant aussi des accompagnements et l'adhésion à une structure démocratique.

Concrètement comment est-il utilisé ?

Selon trois types de demandes. Il y a un RTE d'investissement qui a permis par exemple à un ancien informaticien à Grande-Synthe (59) de se lancer dans les vélos cargos et qui a eu besoin d'investir dans du matériel. Ensuite il y a un RTE qui permet de financer des formations. Une jeune femme a fait une demande de financement pour se former à de l'art thérapie par exemple. Et enfin, il existe le RTE comme complément de salaire, que certaines personnes au RSA peuvent demander pour continuer à développer leur activité en lien avec la transition.

Quelle est la différence entre le RTE et un revenu de base ?

J'ai fait ma thèse sur l'allocation universelle et le reproche que je pourrais faire c'est qu'avec un système de versement sur un compte, on ne crée pas de lien social entre les individus. C'est un très bon système pour la sécurité financière, certains en ont grandement besoin. Mais si !

Dans quelle mesure le RTE est-il lié à l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) ?

Il crée un écosystème grâce à l'axe d'adhésion à une structure démocratique. On a créé les coopératives de Transition Écologique (CTE) qui regroupent plusieurs statuts juridiques. Elles permettent de faire adhérer des collectivités, des associations, des riverains, des entreprises locales, etc. et d'arriver au bout d'un certain temps à un système autofinancé par les adhésions. C'est un système de pot commun qui remonte au XIXème siècle lorsque l'Etat providence n'existait pas encore. Les ouvriers mettaient en place des caisses de secours et des systèmes de pot commun. Le RTE dans son axe d'adhésion à une structure fonctionne sur le même principe.

Quel rôle joue la fondation Zoein dans la mise en place du RTE ?

La fondation Zoein a pour objectif de soutenir les expérimentations dans les territoires français et à l'étranger à hauteur de 30 000 euros sur trois ans. Cet argent sert à financer un poste de coordinateur/coordinatrice pour lancer le RTE et penser le modèle local. Elle mène aussi des activités de recherches-actions en collaboration avec les universités locales et mutualise les expériences des différentes expérimentations pour créer un référentiel sur son utilité sociale et écologique.

Beaucoup d'initiatives couvertes par l'expérimentation du RTE s'appliquent à des domaines agricoles ou des métiers sociaux. Pourtant le numérique a besoin aussi de sa transition. Est-ce qu'il serait possible de le mettre en place dans des entreprises numériques ?

Tout à fait. Il serait intelligent de réfléchir à des plateformes autonomes, pour mesurer des flux par exemple, renforcer le comité d'utilisateurs dans un projet ou travailler en amont avec des machines. Je ne suis pas du tout anti-technologie, il faut simplement réinventer une alliance entre végétal et technologie comme le fait très bien le biomimétisme.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?