Disparition de Delphine Jubillar : Cagnac-les-Mines entre hommages et émotion

  • Dès vendredi soir, des amies et proches de Delphine lui ont rendu hommage devant sa maison
    Dès vendredi soir, des amies et proches de Delphine lui ont rendu hommage devant sa maison Repro DDM - DR
Publié le , mis à jour

L'émotion est palpable à Cagnac-les-Mines, au lendemain de la mise en examen de Cédric Jubillar. Des proches de l'infirmière de 33 ans ont tenu à lui rendre hommage avec des photos, textes et bougies devant la maison du couple alors que de nombreux riverains ne cachent pas leur colère. Nos confrères de La Dépêche du Midi qui suivent de près l'affaire se sont rendus sur les lieux.
 

"On se doutait que c'était lui, on le voyait promener ses chiens dans le quartier avec un sentiment d'impunité". Ces mots forts sont ceux d'une voisine du couple Jubillar à Cagnac-les-Mines. Au lendemain de la mise en examen de Cédric Jubillar pour meurtre, les langues commencent à se délier même si la plupart des Cagnacois rencontrés aux abords de la maison et dans le village préfèrent rester discrets.

Entre un sentiment de soulagement et de fatalisme. "L'affaire n'est pas finie, il reste beaucoup de mystères, explique un riverain. On est soulagé mais on veut surtout qu'elle soit encore vivante. C'est le plus important." Les mots envers Cédric sont beaucoup plus durs : "Il faisait le "kakou" dans le village, avec cet aspect arrogant... c'est quelqu'un vers qui on n’a pas envie d'aller", rajoute cette même personne. 

"Oui j'avais la conviction qu'il avait sa part de responsabilité, témoigne une proche du couple. C'est un manipulateur : tout ce qui tourne autour de lui, il devait le contrôler". Elle ne se dit pas soulagée par la mise en examen de Cédric : "Je serai soulagée quand on saura où elle est et ce qu'il s'est passé réellement. Il faut la retrouver pour que ses enfants aient des réponses."

Une autre des amies de Delphine n'est pas étonnée par le fait que Cédric n'a rien avoué lors de sa garde à vue.  "Mon souci maintenant, c'est que Cédric craque et qu'il parle", rajoute-t-elle.

"Tous ensemble"

Dès vendredi soir, les proches de Delphine ont tenu à lui rendre hommage en allant mettre des photos, des bougies et des textes devant sa maison. "Tu nous manques" ou encore les prénoms de ces deux enfants écrits à la craie sur le sol. "Si je devais citer le prénom d'une amie exceptionnelle, c'est le tien que je donnerai sans hésitation" peut-on lire sur une feuille plastifiée. Une dame passe, laisse une fleur devant la maison sans faire de commentaire.

"Delphine, c'est d'abord à elle qu'on pense, on la voyait souvent, elle avait toujours le sourire", témoigne une voisine. "Depuis le début de cette histoire, je suis plus inquiet pour mes filles, mes petites filles et mes arrière-petites-filles, explique un homme à la sortie du marchand de journaux. Évidemment qu'on avait des doutes mais maintenant il faut que l'on soit tous ensemble."

A. F.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?