Handball : Raphaël Geslan, l'un des meilleurs directeurs sportifs de Starligue, arrive au Roc

Abonnés
  • Sur le papier, Raphaël Geslan est une sacrée recrue pour le Roc.
    Sur le papier, Raphaël Geslan est une sacrée recrue pour le Roc. Repro CPA
Publié le , mis à jour

Le futur entraîneur de l'équipe de Nationale 2 masculine et directeur général du Rodez-Onet-le-Château (Roc) Aveyron handball, Raphaël Geslan, a managé, souvent avec brio, dans tous les championnats professionnels et de Nationale.

Annoncée samedi matin par des salariés et bénévoles du Rodez-Onet-le-Château (Roc) Aveyron handball en marge de son assemblée générale, mais pas confirmée par le président du club, Benoît Courtin, l'arrivée de Raphaël Geslan (42 ans) aux postes d'entraîneur de l'équipe de Nationale 2 masculine et, surtout, de directeur général se fera bien le 1er septembre. "Je serai disponible en août pour répondre à vos questions, comme nous l'avons convenu avec le président", a confié par téléphone la recrue, sur la route des vacances ce dimanche.

Depuis deux ans et demi, celui qui est originaire du Puy-de-Dôme occupait les fonctions de directeur général au C'Chartres, dont le collectif majeur évolue en Starligue, la première division. "Il était venu pour faire construire un grand parc médiéval, à l'image du Puy du Fou, précise une source proche du club de l'Eure-et-Loir. Au vu de son expérience, sur place, on lui a proposé de devenir directeur sportif du C'Chartres. Très vite, il a fait table rase du passé en écartant des joueurs historiques. Ça avait été mal vu, mais les résultats lui ont donné raison."

Puisque cinq mois après l'arrivée de Raphaël Geslan, au milieu de la saison 2018-2019, les Chartrains remontent en première division. "Il a vraiment fait du bon boulot, en ramenant de très bons joueurs comme l'ailier gauche serbe Vanja Ilic et l'ailier droit danois Morten Vium (troisièmes meilleurs buteurs de Starligue la saison dernière et en 2019-2020)."

"Un spécialiste de la structuration"

Puis sans que personne n'en donne officiellement la raison, l'ancien entraîneur de plusieurs équipes de jeunes au Montpellier HB (1996-2005) a passé l'intégralité de l'exercice écoulé en arrêt maladie. "C'est parce que son projet de parc médiéval a capoté vers l'été dernier, explique notre interlocuteur à Chartres. La mairie, qui y avait mis beaucoup d'argent, s'est sentie trahie et comme elle a énormément de pouvoir dans tous les clubs de la ville, il a été écarté."

Une aubaine pour le Roc selon son président, Benoît Courtin : "C'est un spécialiste de la structuration des clubs, qui s'appuie sur un ancrage territorial important et la formation. Il a déjà eu des expériences en la matière dans des clubs de Nationale."

À Aurillac (Cantal), que Raphaël Geslan a fait passer en tant qu'entraîneur de la N1 à la D1 en trois ans (2005-2008), ou encore l'Union (Haute-Garonne), montée en N2 en 2012 grâce à son aide, toujours comme coach.

Le technicien n'aura connu qu'un passage mitigé : à Toulouse, qu'il a maintenu de justesse en Starligue à l'issue de la saison 2009-2010 avant d'être remercié en février 2011, victime d'une série de défaites.

"Attirer ce genre de profil est indispensable si l'on ambitionne, comme nous, de passer professionnel, estime Milenko Kojic, à la tête de l'équipe de Nationale 3 féminine du Roc. J'ai déjà rencontré Raphaël, qui a validé mon programme de reprise. Il est jeune, mais expérimenté et à l'écoute. On va essayer de monter dès cette année et son objectif sera le même avec les garçons après un mercato ambitieux."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?