Les filtres photo, ces nouveaux standards de beauté qui ébranlent l'estime de soi

  • Près des deux tiers des Françaises considèrent que les filtres photos sur les réseaux sociaux créent des normes beauté éloignées de la réalité.
    Près des deux tiers des Françaises considèrent que les filtres photos sur les réseaux sociaux créent des normes beauté éloignées de la réalité. Deagreez / Getty Images
Publié le

(ETX Daily Up) - A quoi ressemble votre influenceuse beauté préférée sans retouches ni filtres photo ? En avez-vous seulement la moindre idée ? Il est aujourd'hui difficile de faire un pas sur les réseaux sociaux sans être confronté à ces visages standardisés, proches de ce que certains estiment être la perfection, mais qui reflètent tout sauf la réalité. Une véritable source de complexes pour celles et ceux qui ne rentrent pas dans les "cases", fragilisant un peu plus l'estime de soi, comme le révèle une nouvelle étude.

Ils sont partout ! Les filtres photo ont envahi les réseaux sociaux pour permettre aux utilisateurs d'apparaître sous leur meilleur jour - ou tout du moins sous un jour qui serait proche de la "perfection" si tant est qu'elle existe (nous, on ne l'a encore jamais rencontrée). Résultat, la peau apparaît régulièrement lisse, sans aucune imperfection, les lèvres sont volumineuses, et le regard est charbonneux. Le tout en un coup de filtre magique. Ce sont d'ailleurs désormais les photos au naturel qui font le plus parler, le public étant surpris, voire choqué, de découvrir ses influenceuses préférées sans aucune retouche.

Réseaux sociaux vs réalité

Le phénomène pourrait prêter à sourire si ces filtres photo ne donnaient pas la fâcheuse impression que de nouveaux diktats s'imposaient progressivement dans notre quotidien. C'est ce que semblent penser les femmes, qui nourrissent désormais des complexes face à ces "visages parfaits" qui se succèdent sans fin sur leurs réseaux sociaux. Près des deux tiers des Françaises (64%) considèrent que les filtres photo "créent des normes et des attentes trop élevées", d'après une étude réalisée par la plateforme de réservation de soins beauté Treatwell*. Un chiffre qui grimpe même à 71% pour les 18-30 ans, à savoir les plus jeunes et sans doute les plus susceptibles d'utiliser les réseaux sociaux.

Près de trois femmes sur dix (27%) estiment que les filtres photo ne sont pas bons car ils trompent la réalité. Ils ne serviraient d'ailleurs que de trompe-l'oeil, voire de leurre, pour cultiver cette notion de perfection. Près de 30% des Françaises âgées de 18 à 30 ans pensent que ces filtres sont utilisés pour masquer les imperfections de la peau, et 20% affirment s'en servir pour cette seule et unique raison.

La peau, un complexe sur le retour ?

Si la majorité des femmes (55%) dit avoir régulièrement des imperfections cutanées, et seulement un tiers se dit très à l'aise avec sa peau, elles ne semblent pas en souffrir au quotidien, notamment dans leurs interactions sociales. Plus de quatre sondées sur dix (46%) font savoir qu'elles n'éviteraient pas les contacts sociaux même si leurs imperfections cutanées les mettaient mal à l'aise. Toutefois, elles sont 33% à affirmer qu'il est "extrêmement important" que leur peau soit "parfaite" lorsqu'elles postent une nouvelle photo sur les réseaux sociaux. Un chiffre qui grimpe à 48% pour les 18-30 ans, témoignant de l'importance d'(ap)paraître sous leur meilleur jour lorsqu'il s'agit d'immortaliser son minois pour le commun des mortels.

Si le phénomène n'est en rien nouveau, il semble exploser à l'heure où de nombreuses femmes ont fait le choix d'une beauté plus authentique - contradictions, quand tu nous tiens. Le mouvement "skin positivity" a motivé de nombreuses influenceuses, comme de grandes stars internationales, à s'afficher sans make-up ni retouches ces derniers mois… en vain semble-t-il. Plus de la majorité des femmes interrogées dit n'avoir jamais entendu parler de ce mouvement (55%), même si la tendance s'inverse pour les 18-30 ans (il n'est pas inconnu pour 70% des sondées). Reste désormais à savoir si les filtres photo auront raison (ou pas) de ce mouvement bien plus réaliste et naturel.

* Pour les besoins de cette étude, Treatwell a interrogé 1.740 femmes européennes (France, Espagne, Italie, Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas) entre le 27 et le 30 mai 2021. Seules les réponses des Françaises ont ici été prises en compte.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?