Nord-Aveyron : l’abattoir Beauvallet veut recruter 150 personnes

Abonnés
  • Collectivités et chambre de métiers s’associent pour le recrutement.
    Collectivités et chambre de métiers s’associent pour le recrutement.
Publié le

Le groupe Beauvallet lance une opération de recrutement, dès le 24 août, dans le Nord-Aveyron. Une trentaine de postes sont à pourvoir pour le mois de septembre. Le groupe compte ensuite monter jusqu’à 150 salariés.

Le groupe Beauvallet qui vient d’avoir l’autorisation officielle de s’installer sur le site de l’ancien abattoir Arcadie, à Argence-en-Aubrac, lance une opération de recrutement d’envergure. Trente postes sont d’ores et déjà à pourvoir pour l’automne.

Beauvallet est accompagné par la communauté de communes Aubrac Carladez et Viadène, qui siège au sein de son conseil de surveillance. La collectivité vient d’ailleurs de signer une convention pour aider d’autres secteurs, et notamment les artisans, dans le domaine de l’emploi et des reprises (immobilières et professionnelles).

Dès le 24 août, les personnes intéressées peuvent postuler pour des postes de réceptionnistes, conducteur de lignes, bouchers… "Les salariés ex-Arcadie ont été contactés pour la plupart par Pôle Emploi pour connaître leur souhait sur une candidature éventuelle à préparer", confie la communauté de communes, qui participe activement au recrutement.

"Beauvallet montera ensuite en puissance pour arriver à 150 emplois", affirme Jean Valadier, président de la communauté de communes Aubrac Carladez et Viadène. Si la collectivité se réjouit de l’installation effective du groupe Beauvallet, la difficulté résidera dans le recrutement du personnel. Pour ce faire, la convention signée mardi avec la Chambre de métiers, portait justement sur la formation des jeunes dans des métiers comme la boucherie. La collectivité, de son côté, a mis en place plusieurs outils pour favoriser l’implantation des habitants sur son territoire. L’accompagnement passera aussi par l’offre de logements. "Nous avons conscience de l’enjeu et du défi qui nous attend. Nous avons réussi à faire venir cette entreprise, il nous faut réussir la logistique qui va avec", dit en résumé Jean Valadier.

En attendant, l’unité de transformation industrielle (de viande bovine en ultra-frais, frais et surgelé) débutera par un travail du piéçage avec d’autres abattoirs de la région.

À terme, le groupe Beauvallet travaillera directement avec les éleveurs sur l’Aubrac, en abattant directement sur place. "Cela permettra de favoriser l’emploi localement et d’éviter des transferts des bêtes vers d’autres abattoirs", souligne Christine Sahuet, présidente de la Chambre de métiers.

Pour postuler, il faut absolument s’inscrire à une session de recrutement en ligne : peactions.pole-emploi.fr/evenement/454. Il faut préparer auparavant un CV à jour et une lettre de motivation.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Salima Ouirni
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

308 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Une entrée ouvert sur salon [...]

1490000 €

A 25 km de Rodez et à 500 mètres à pied d'un pittoresque village médiéval a[...]

260 €

Dans magnifique demeure, à 2 mn de Bourran, au calme, studio d'une surface [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
babar Il y a 1 mois Le 04/08/2021 à 10:38

quelle horreur