Aveyron : les agriculteurs "exaspérés" face à la prolifération de sangliers

  • Les sangliers prolifèrent-ils dans le département ? Les agriculteurs l'assurent !
    Les sangliers prolifèrent-ils dans le département ? Les agriculteurs l'assurent ! - Centre Presse Aveyron
Publié le

Chambre d'agriculture, FDSEA et JA signent un communiqué conjoint pour partager leur colère face à la prolifération de sangliers dans le département.

"Exaspérés" : tel est le sentiment partagé par plusieurs syndicats agricoles aveyronnais (FDSEA, JA) et la Chambre d'agriculture dans un communiqué de presse cette semaine. La raison ? La prolifération des sangliers. Voilà plusieurs années que les organisations professionnelles agricoles alertent la Fédération des chasseurs ainsi que la DDT sur cette situation jugée jusqu'alors comme "tendue". Aujourd'hui, "trop, c'est trop", dénoncent-elles, en expliquant que le seuil d'équilibre trouvé avec les chasseurs se situait autour de "6-7000 sangliers abattus par an dans le département"

"Dans 10 ans, il faudra abattre 28 000 sangliers !"

"Nous sommes passés à plus de 14 000 aujourd'hui. Jusqu'à quand cette progression ? À ce rythme, il faudra abattre 28 000 sangliers dans 10 ans !", s'emportent les représentants agricoles. "Les conséquences de cette surpopulation sont multiples, les équilibres économiques sont aujourd’hui rompus. À titre d’exemple, quelques agriculteurs ont arrêté certaines cultures à cause du sanglier. C'est impensable ! Ces dégâts occasionnent des bris de matériels à cause des trous laissés dans les parcelles ou une augmentation des taux de butyriques dans le lait qui entraînent des pénalités pour les producteurs", expliquent-ils, tout en reconnaissant que les "chasseurs essayent d'adapter la pression mais cela ne suffit plus. Un loisir doit rester à sa place mais il ne doit pas impacter une activité économique essentielle pour nos territoires".

Et aux syndicats de proposer aux services de l'Etat de nouvelles mesures : ouverture de la chasse tous les jours de la semaine, à étendre la période de chasse sur le mois de mars, à l’utilisation du piégeage... "Toutes ces actions sont déjà utilisées dans certains départements français. C’est une question de volonté ! Nous le demandons maintenant pour l’Aveyron".

Les demandes d'indemnisations, elles, baissent...

Comment expliquer néanmoins que depuis plusieurs années le nombre de demandes d’indemnisations déposées par les agriculteurs est sérieusement en baisse : plus de sangliers, moins de dégâts ? "Les agriculteurs sont excédés par cette situation et se découragent. Ils considèrent d’une part une certaine lourdeur administrative à la démarche d’indemnisation (remplissage d’un dossier + visite d’un expert) qui génère une perte de temps, et d’autre part que les barèmes utilisés pour le calcul des indemnisations sont très éloignés de la perte réelle (...) De plus, pour l’ensemble des dégâts, nous considérons que la Fédération des chasseurs doit prendre en compte les frais de remise en état des parcelles à la suite des dégâts. Ce qui n’est pas fait aujourd’hui !", expliquent les syndicats... exaspérés.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

339 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- 2 Pièces à 2 minutes du cen[...]

318 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Entrée, cuisine équipée (pla[...]

680 €

Place Emma Calvé. Appartement de type 3, dans résidence sécurisée, avec asc[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Phil43 Il y a 26 jours Le 23/09/2021 à 10:46

Il faut lâcher des loups.