Aveyron : une expérimentation pour la prise en charge globale des aînés

Abonnés
  • L'expérimentation doit permettre un meilleur accompagnement des personnes âgées.
    L'expérimentation doit permettre un meilleur accompagnement des personnes âgées. Centre Presse illustration - José A. Torres
Publié le

Le Département, avec l’ARS et tous les acteurs de la prise en charge des aînés, vont créer une structure visant à l’instauration d’un "service public de l’Autonomie".

La ministre de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, l’avait annoncé au mois de juillet lors de sa venue en Aveyron : des fonds sont disponibles, dans le cadre du plan de relance, pour mener des expérimentations sur la prise en charge et l’accompagnement des aînés. Dans un département ou un peu plus de 27% de la population est âgée de plus de 65 ans, la proposition ne pouvait qu’intéresser les élus locaux.

Début octobre, les conseillers départementaux ont voté un rapport d’intention pour l’expérimentation de la création d’une plateforme territoriale de prise en charge globale et d’accompagnement des personnes âgées dans leurs parcours de vie. Concrètement, il s’agira pour l’institution, de travailler main dans la main avec les associations qui s’occupent des aînés, les collectivités locales et l’ARS, afin de tester "de nouveaux modèles territoriaux innovant de prise en charge qui pourraient, en cas de bilan positif, être dupliqué". "C’est dans ce contexte que nous souhaitons relever le défi de la structuration territoriale des parcours des personnes âgées sur les territoires, du domicile aux structures médicalisées au fur et à mesure du vieillissement et de la montée en charge de la dépendance", détaille Jean-Philippe Sadoul, qui a présenté le dossier au Département.

Trois ans d'expérimentation

Concrètement, l’institution et ses partenaires souhaitent créer un  continuum de prise en charge globale", à partir de 60 ans adapté aux besoins des bénéficiaires qui permet de faire le lien entre le domicile, où l’objectif est de s’appuyer davantage sur les outils numériques innovants, la domotique et des aménagements du quotidien qui doivent permettre de favoriser le plus longtemps possible cette situation, l’habitat intermédiaire, où les bénéficiaires conservent une réelle autonomie, et enfin l’Ehpad, qui doit être modernisé et s’ouvrir sur l’extérieur.

Face à cet objectif, le Département souhaite reprendre en main la gestion complète des Ehpad (publics), afin notamment de prendre la maîtrise d’ouvrage sur les travaux, parfois lourds, de transformation qui sont souvent nécessaires. L’institution veut aussi être "le chef de file des politiques d’aménagement et d’adaptation de l’habitat au vieillissement et de l’habitat inclusif". Cette collaboration, qui se veut la plus large possible avec tous les acteurs de la prise en charge des aînés sera notamment de mettre en place des dispositifs de prévention de la dépendance et de repérage de la fragilité.

L'Aveyron d'aujourd'hui est la France de demain

Pour le moment, six territoires ont été choisis. Mais Arnaud Viala a assuré à ses collègues que l’objectif, à moyen terme, est d’étendre cette expérimentation à l’ensemble de l’Aveyron. Dans les prochains mois, les élus vont plancher à la création de la structure qui sera chargée de mettre en place ce "service public de l’autonomie". Elle doit être prête d’ici à un an. Puis démarrera ensuite une période de test de trois années, qui sera sans doute regardée de très près par l’État. En effet, l’actuelle pyramide des âges en Aveyron correspondra, selon les projections, à la situation du pays en 2050.

Pyramides des âges en Aveyron et en France
Pyramides des âges en Aveyron et en France Centre Presse

Six territoires choisis pour commencer

Pour lancer cette expérimentation, la majorité départementale a choisi six territoires, censés représenter la pluralité démographique de l’Aveyron. Il s’agit des communautés de communes du Pays Ségali (Baraqueville), de Monts, Rance et Rougier (Belmont), de Conques-Marcillac, de Lévézou-Pareloup (Vézins-de-Lévézou) et Pays-de-Salars (Pont-de-Salars), de Villefranche-de-Rouergue et de Rodez Agglomération.

Ce choix a forcément fait des déçus parmi les conseillers départementaux qui voulaient tous que leur canton y figure. Arnaud Viala leur a assuré que l’objectif était d’étendre le dispositif le plus vite possible.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

258000 €

Appartement T4 en duplex en centre ville de Rodez. Situé au dernier étage d[...]

361 €

Dans une résidence agréable à vivre à 5mm à pied du centre ville de Rodez n[...]

275 €

RODEZ - STUDIO récent dans un immeuble de standing en coeur de ville compre[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?