Sud-Aveyron : Pol Lelay sur les voies romaines du Larzac

  • Pol Lelay marche sur les voies qui étaient empruntées à l’Antiquité sur le Larzac.
    Pol Lelay marche sur les voies qui étaient empruntées à l’Antiquité sur le Larzac. M.L.
Publié le

Le Saint-Affricain Pol Lelay, passionné par le plateau du Larzac,  vient de mettre au jour de nouvelles voies empruntées dans l’Antiquité. Elles reliaient Millau à Lodève.

La passion est peu commune. Pol Lelay, habitant de Saint-Affrique aime parcourir le plateau du Larzac, en long, en large et en travers. C’est de cette manière qu’il a mis au jour de nouvelles voies qui étaient empruntées dans l’Antiquité. Elles reliaient Millau à Lodève.

Cette nouvelle portion qu’il vient de découvrir se situe à la frontière de l’Aveyron et de l’Hérault. De La Pezade, il faut franchir la fameuse frontière pour se rendre vers Combefère, juste avant les Rives. Le pas sûr, le retraité explique : « On voit des traces de roulage et un pavage qui a été un peu démonté. » En contre haut, sur un plateau, il part en quête dans les tas de roches : « Ici, j’ai retrouvé des tuiles romaines, il y avait certainement de l’habitat qui a été détruit pour construire Combefère. »

Mais il y a surtout une précision, qui n’avait pas été faite jusqu’alors concernant le passage dans le hameau de l’Hérault : « Le baron de Gaujal a écrit que la voie passait au niveau du menhir de Combefère. » Soit à deux pas du lac des Rives. Mais le retraité, deux kilomètres plus loin a retrouvé des traces de cette voie, qui n’ont rien à voir avec ce qui était décrit. « Il a confondu les tranchées creusées par l’écoulement des eaux avec la voie », justifie-t-il. La voie se récupère en effet le long de la route départementale.


 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 9 jours Le 24/11/2021 à 10:26

Cette voie romaine fait partie du patrimoine régional mais également de l'humanité ; il est fort regrettable que des agriculteurs l'aient fait disparaître par leurs travaux agricoles ou bien l'aient clôturée pour faire des parc à ovins le tout dans l'indifférence générale !