Football - Rodez : fallait-il encore lâcher la Coupe de France ?

Abonnés
  • Les Ruthénois de Jordan Leborgne ont vécu une nouvelle humiliation en Coupe de France samedi, à Cannes.
    Les Ruthénois de Jordan Leborgne ont vécu une nouvelle humiliation en Coupe de France samedi, à Cannes. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

À nouveau éliminé prématurément de Dame coupe samedi soir, à Cannes, Rodez aurait donné du piment à une saison tranquille en décidant de la jouer. Mais le Raf peut désormais s’offrir une épopée fantastique… en Ligue 2.

Dans les couloirs du stade Pierre-de-Coubertin samedi soir, il y a eu d’abord les larmes de la présidente de l’AS Cannes, Anny Courtade, et les cris de joie qui émanaient du vestiaire de son équipe. De l’autre côté, on s’attendait à de la colère ou à des regards fermés de la part de professionnels de Ligue 2 éliminés (1-1, 3-2 tab) dès le 8e tour de la Coupe de France par des amateurs de National 3. Mais à la place, le staff et les joueurs ruthénois ont dégagé une surprenante indifférence.

"Ce n’est pas une faute professionnelle, estime Johann Obiang, capitaine et aligné à gauche de la défense à trois pour la première fois de la saison. On a fait le match qu’on souhaitait, ou presque. On s’est quand même créé des occasions, ce n’est pas comme si on avait perdu 3-0. "

La colère du kop ruthénois

Dans sa lancée, le piston gauche a certainement cru mener à bien la probable stratégie de communication du club : "C’est dommageable parce qu’on avait vraiment à cœur de recevoir une équipe de Ligue 1 à Paul-Lignon pour nos supporters." Ce qu’il ne savait pas, c’est que l’entraîneur adjoint de Rodez Emerick Darbelet n’avait, lui, pas pris de gants quelques minutes auparavant. "Ce n’est pas une déception de ne pas accueillir une L1, confiait le coéquipier au Mans de Laurent Peyrelade en 1996-97. Ça, c’était du vent !" De quoi susciter la colère de nombreux supporters, dont celle, rare pour être soulignée, du kop ruthénois au travers d’un communiqué publié hier : "Les différents discours du staff sur l’intérêt qu’il porte à cette compétition ne nous conviennent pas !"

Car cette énième élimination prématurée est la goutte d’eau qui fait déborder le vase des fans. Sous l’ère Peyrelade, de parcours idyllique avec Dame coupe, il n’y a ainsi jamais eu. On parle même d’un désamour profond que les seules statistiques suffisent à illustrer : sous le statut de pensionnaire de CFA (actuel National 2), il y a eu les éliminations à Colomiers, alors dans la même division, en 2015, au 8e tour, puis Istres (DHR) en 2016, au 6e ; de National, à chaque fois au 8e, ce fut à Fabrègues (N3) en 2017, Sète (N2) en 2018 ; de L2, on recensait jusque-là uniquement celle sur la pelouse de l’Athlético Marseille (N3), début 2020, en 32es.

"On peut se faire surprendre une année par la magie de la Coupe de France, mais pas six, écrit aussi le groupe de supporters. Nous avons une histoire avec elle. Demandez à ceux qui étaient à PL pour la réception du PSG ou ceux qui ont fait les déplacements à Marseille, Bordeaux ou encore Rennes s’ils n’ont pas des souvenirs de supporters pour la vie ? Merci de respecter cette compétition et notre blason."

Une trêve plus reposante

8e de Ligue 2 avec 6 points d’avance sur le 18e et armé du meilleur groupe qu’il n’a jamais eu depuis sa montée dans l’antichambre de l’élite, le Raf aurait pu donner du piment à sa saison en s’aventurant dans une belle épopée en coupe. Mais cette cagade amène aussi "des points positifs" selon Emerick Darbelet et d’autres fans sang et or. "Au vu du petit effectif que l’on a et avec la blessure de Chougrani jusqu’à la fin de l’année, ce n’est pas plus mal", juge une supportrice.

Cette sortie de route permettra au moins à Rodez de s’offrir une semaine de repos en ne jouant pas le 18 ou le 19 décembre, mais aussi de profiter d’une trêve plus longue sans 32es, le 2 ou 3 janvier. Un autre aficionado abonde : "La priorité, ce sont les trois finales avant la trêve : Nîmes, Toulouse puis Bastia !"

Samedi soir, l’adjoint de Laurent Peyrelade et Johann Obiang n’ont pas dit autre chose. Trois succès permettraient peut-être d’entamer une autre épopée, inattendue, celle d’une course aux barrages d’accession en Ligue 1 ? S’ils veulent faire rêver leurs supporters, les Ruthénois n’ont maintenant plus que ça.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

470 €

Appartement de type 2 situé à Rodez, proche centre-ville. Il est composé d'[...]

248 €

TYPE 1 DANS PETIT COLLECTIF AVEC COIN CUISINE ÉQUIPÉE ET PETIT BALCON, MENU[...]

258 €

STUDIO LUMINEUX ET ENSOLEILLE AVEC GARAGE SECTEUR I.U.T - MONTEIL ET ARRET [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
tomyto Il y a 1 mois Le 30/11/2021 à 16:16

Cannes est à notre niveau..