Football - Rodez : la longue quête de Malaly Dembélé

  • Malaly Dembélé "se crée beaucoup d'occasions, mais il lui manque le geste juste dans la finition", regrette Laurent Peyrelade.
    Malaly Dembélé "se crée beaucoup d'occasions, mais il lui manque le geste juste dans la finition", regrette Laurent Peyrelade. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

Alors qu'il n'a plus marqué depuis le 30 octobre, l'attaquant de Rodez Malaly Dembélé, sorti du onze de départ de la 29e à la 35e journée, a été relancé par l'entraîneur Laurent Peyrelade lundi 2 mai, contre Toulouse (1-0). L'ex-Nancéien devrait enchaîner une deuxième titularisation à Bastia ce samedi (19 heures, 37e journée de Ligue 2), en espérant enfin retrouver le chemin des filets.

Avec la blessure de Clément Depres, le rendement décevant de Florian David et la baisse de régime d’Arni Vilhjalmsson, Killian Corredor a été sorti du placard de la réserve le 16 avril, contre le Paris FC (0-1), pour enchaîner quatre titularisations (un but) sur le front de l’attaque. Avec deux places devant au sein du 3-5-2, Hatim Far, meilleur buteur de cinquième division (18 buts) avec la réserve de Rodez, ou Jean-Pierre Tiéhi, prêté par Fulham (D2 anglaise) fin janvier, auraient pu l’accompagner.

Mais non, Laurent Peyrelade a préféré relancer Malaly Dembélé à la pointe du 5-4-1 mis en place contre Toulouse (1-0) lundi. Relancer car il l’avait fait sortir de son onze de départ de la 29e à la 35e journée. Et pour cause, son bilan est famélique cette saison : un but à Niort (0-2) le 23 octobre et un autre le 30, contre Quevilly (3-0), en 30 matches de Ligue 2, 1374 minutes pour être précis.

Le coach demande de la patience

« Avoir le geste juste, ça vient avec l’âge et "Papis" n’a que 24 ans (25 le 17 juin), pointe l’entraîneur du Raf. L’expérience, soit on l’achète, mais on n’a pas les moyens, soit on la donne. Soit on tue le mec parce qu’il ne marque pas, soit on l’accompagne. Oui, parfois, ce sont des dilemmes qui me travaillent. »

Donner une titularisation à Far et Tiéhi, qui n’ont eu que neuf et dix minutes cette saison en Ligue 2, « tuerait » forcément l’ex-Nancéien ? « Si certains ne jouent pas, c’est parce qu’ils n’ont pas les qualités requises pour prendre la place. Être bon en N3 ne garantit pas de l’être en pro. Quand la porte s’ouvrira, ce sera à eux d’entrer. »

Faut-il encore qu’elle s’ouvre.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?