Les Français parcourent en moyenne plus de 50 kilomètres par jour, principalement en voiture

  • Les Français ne se sont jamais autant déplacés, essentiellement encore en voiture.
    Les Français ne se sont jamais autant déplacés, essentiellement encore en voiture. KateKlim / Shutterstock
Publié le

En un peu plus de 200 ans, les Français ont multiplié par dix leurs déplacements, au gré des avancées technologiques, toujours plus rapides, mais aussi polluantes, selon les données de l'Atlas des mobilités, publié par la fondation Heinrich-Böll.

En 1800, un Français parcourait en moyenne 4 à 5 km par jour, principalement à pied, plus rarement à cheval ou attelé. Aujourd'hui, ces déplacements quotidiens dépassent les 50 km, essentiellement en voiture. Ni le nombre de trajets (3 ou 4 par jour), ni leur durée (environ une heure au total), ni leurs motifs (travail, études, visites à la famille, etc.) n'ont véritablement changé en deux siècles, contrairement à la distance parcourue qui a quant à elle considérablement augmenté, au fur et à mesure de l'apparition de nouveaux modes de transports, toujours plus rapides et confortables. De fait, ces trajets ne concernent plus essentiellement des trajets locaux, autour de chez soi, mais des déplacements parfois très longs comme à l'occasion des départs en vacances.

Le développement du transport ferroviaire au XIXe siècle puis la démocratisation de la voiture à partir des années 1930 ont considérablement bouleversé les usages. Une véritable accélération des distances parcourues est apparue entre les années 50 et 70, avec le boom du pouvoir d'achat et le développement des vacances et des loisirs, tant en France qu'à l'étranger.

Mais, en raison du poids des habitudes et des pratiques sociales, l'automobile est aujourd'hui encore reine et représente les deux tiers des distances parcoures, tous modes confondus. Mais la voiture a aujourd'hui un coût très élevé, avec de fortes disparités territoriales, comme l'a démontré la récente crise des "gilets jaunes". Parmi ses autres faiblesses, il y a bien sûr les émissions de CO2 qu'elle engendre ou encore l'insécurité routière. Autant d'éléments qui font que ce mode de transport est aujourd'hui à réinventer et en complète transition.

Pour les longues distances, des technologies comme le Concorde ou le TGV ont aussi favorisé les longs trajets, désormais très rapides. A titre d'exemple sur le gain de temps, l'Atlas des mobilités prend l'exemple d'un Paris-Bordeaux, qui prenait 14 jours en 1765 contre environ un jour et demi en 1843 et un peu plus d'une heure (en avion) ou deux (en TGV) aujourd'hui.

Si les Français veulent continuer à se déplacer autant, voire même plus dans les années qui viennent, il leur faudra toutefois revoir leurs usages et leurs modes de transport, dans un souci indispensable de préservation de l'environnement.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?