Decazeville : le chanteur Sarclo bientôt en concert au musée de l’Aspibd

Abonnés
  • Sarclo, un septuagénaire débordant de générosité, avec son intelligence piquetée de tristesse.
    Sarclo, un septuagénaire débordant de générosité, avec son intelligence piquetée de tristesse.
Publié le

Le musée du patrimoine industriel et minier de l’Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville-Aubin, situé sur la zone du Centre à Decazeville, accueille plus ou moins régulièrement des artistes : peintres, photographes, musiciens, dont les fameux "afters" du festival Mine de jazz. C’est un chanteur qui sera à l’affiche le 10 août, Sarclo. Il proposera "Une brève histoire de la chanson française de qualité suisse". De son vrai nom Michel de Senarclens Chinet, il est un artiste atypique.

Dès ses débuts, le chanteur, qui a fait notamment les premières parties de Renaud, joue la carte du rire, avec son premier disque, intitulé "Les plus grands succès de Sarclo", suivi de près par ses "Premiers adieux". On le retrouve aussi corrosif, tendre, poétique, râleur, railleur…

Au total, une quinzaine de disques, dont le dernier avec son fils Albert Chinet. Parisien de naissance, ce sempiternel bienfaiteur des arts et des lettres a beaucoup bourlingué, s’en allant planter ses mots pointus dans le cœur des innombrables amis de la chanson romande que sont les Belges et les Québécois, vivant désormais en Suisse, mais aussi dans le Gard.

"Je n’ai jamais pris ce métier au sérieux : mon côté bourgeois, architecte sans doute. Je n’en tire ni honte, ni fierté, mais j’ai fait ça en dilettante. Du coup, malgré la réussite humaine indiscutable de mes disques, j’ai été épargné par le succès", a-t-il confié lors d’une interview. Derrière la boutade, et aussi son aspect bravache, on sent poindre ce regret de n’avoir pas eu de succès public à la hauteur de la qualité de ses chansons, saluées par ses pairs et la critique. À cela plusieurs raisons : sa grande gueule et ses absences de compromis, entre autres.

En dépit de son dilettantisme assumé, Sarclo reconnaît avoir mis tout son cœur dans ses créations, avec cette belle définition de la chanson : "Cet art de la brièveté, où tu dois, en deux minutes et demie, en dire autant qu’un livre. Du coup, tu dois utiliser des mots à double sens, des images pleines de profondeur de champ…".

Mercredi 10 août, 20 h 30 ; libre participation aux frais.
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

23000 €

SOUS OFFRE - DECAZEVILLE - Cette maison en pierres d'environ 74 m² est à ré[...]

511 €

Un hall d'entrée (avec un dégagement), une pièce principale, une cuisine (a[...]

60000 €

Immeuble bien situé proche commerces et parking avec Local commercial d'env[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?