Football : le PSG, pari impossible de Rodez ?

Abonnés
  • En 2012, les Ruthénoises sont passées à quelques secondes d'une victoire de prestige.
    En 2012, les Ruthénoises sont passées à quelques secondes d'une victoire de prestige. Centre Presse - Jean-Louis Bories
  • A l'image de Flavie Lemaitre derrière Flavie Lemaitre, les Ruthénoises ont souvent été impuissantes face aux Parisiennes.
    A l'image de Flavie Lemaitre derrière Flavie Lemaitre, les Ruthénoises ont souvent été impuissantes face aux Parisiennes. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le
Guillaume Verdu

Les Rafettes ouvrent leur saison à domicile samedi 17 février à 14 h 30, face à un adversaire prestigieux qui leur a rarement réussi par le passé. Retour sur quelques-unes des confrontations marquantes entre les deux équipes.

26 septembre 2010, PSG-Rodez : 3-0. Une première sans surprise

Il y a 12 ans, presque jour pour jour, Parisiennes et Ruthénoises s’affrontaient pour la première fois. Les Aveyronnaises, fraîchement promues, découvraient encore l’élite quand l’équipe de la capitale faisait figure de puissance émergente. Elle restait sur une troisième place la saison précédente, son premier podium en D1, et alignait de nombreuses internationales, dont Elise Bussaglia, Laure Boulleau ou encore Laure Lepailleur, mais aussi la Brésilienne Katia, précédemment meilleure buteuse du championnat avec Lyon. Face à cette armada, les protégées de Franck Plencassagne n’ont pas réussi à rivaliser et se sont logiquement inclinées (3-0), pour l’une de leurs premières confrontations avec le très haut niveau.

22 janvier 2012, Rodez–PSG : 1-1. À quelques secondes de l’exploit

La belle performance aurait pu se transformer en exploit. Alors qu’elles n’avaient récolté que des défaites face aux cadors de l’époque (Lyon, Paris et Montpellier), les Rafettes ont obtenu un point qui a symbolisé leurs progrès. Mais le bonheur aurait été total sans un but encaissé dans les arrêts de jeu. En tête grâce à un coup franc de Laura Agard (17e), les partenaires d’Agathe Calvié ont longtemps résisté aux vedettes du PSG par leur solidarité, leur impact physique et leur capacité à subir. Mais elles ont été rattrapées à cause de l’opportunisme d’Ella Masar, à l’affût après une frappe repoussée d’Elise Bussaglia (90e+2). Un nul à la saveur ambivalente, entre satisfaction et regrets, qui est à ce jour le seul point récolté par les Ruthénoises face aux Parisiennes, en 20 rencontres.

1er décembre 2013, PSG-Rodez : 7-0. La gifle

Même si les Ruthénoises ont souvent eu du mal à exister dans leurs oppositions face au PSG, elles n’ont jamais été autant surclassées que ce jour-là. Le début de saison délicat des protégées de Nicolas Bach se prolongeait par la plus sévère défaite subie à ce jour face au club de la capitale. "On a vraiment manqué de tout", déplorait celui qui vivait sa première saison sur le banc sang et or. Les internationales parisiennes, à commencer par l’ancienne du Raf Kenza Dali, s’étaient régalées. Marie-Laure Delie, avec son triplé, était le principal bourreau de Rodez, tandis que la gardienne Karima Benameur, elle aussi passée par le Raf, n’avait même pas été mise à contribution.

25 novembre 2018, Rodez-PSG : 1-2. Katoto a tout renversé

Paradoxalement, l’un des matches durant lequel les Rafettes sont passés le plus près de l’exploit se situe dans la saison de la descente en D2. Alors lanternes rouges, elles ont longtemps tenu les Parisiennes en échec, dans leur lutte au titre face à Lyon. Nettement dominées, les sang et or s’en sont remis à leur solidité collective et aux exploits de la gardienne Déborah Garcia pour résister. Puis Flavie Lemaitre a donné l’avantage juste avant la mi-temps sur un penalty, consécutif à la première offensive de son équipe (44e). Mais le scénario parfait n’a pas tenu jusqu’au bout. Sur deux autres penalties en fin de match (77e, 88e), Marie-Antoinette Katoto a douché les espoirs des joueuses de Sabrina Viguier. Lesquelles ont vécu une déception encore plus grande quelques mois plus tard, en étant reléguées après neuf saisons au sein de l’élite.

En 2018, les partenaires de Manon Guitard ont longtemps fait trembler le PSG, avant de s'incliner en fin de match, sur deux penalty de Katoto.
En 2018, les partenaires de Manon Guitard ont longtemps fait trembler le PSG, avant de s'incliner en fin de match, sur deux penalty de Katoto. Centre Presse - Jean-Louis Bories

1er février 2020, Rodez-PSG : 0-6. Un suspense vite dissipé

Pour la saison de leur retour en D2, les Rafettes ont réussi à s’offrir une affiche de prestige. Larguées dans la course à la montée, les joueuses de Mathieu Rufié ont retrouvé le sourire grâce à la coupe. En se hissant en 8es de finales, elles ont eu l’honneur d’hériter du PSG à Paul-Lignon. Malheureusement, le suspense a été très rapidement martyrisé par les attaquantes parisiennes. En menant 4-0 après 20 minutes, dont un doublé de Marie-Antoinette Katoto, les visiteuses ont fait respecter leur statut de favori, pour un succès au final sans appel (6-0), dans ce qui reste, jusqu’à aujourd’hui, la dernière confrontation entre les deux clubs.

Lors de la dernière confrontation entre les deux équipes, en 2020, les Parisiennes n'ont laissé aucune chance aux Rafettes.
Lors de la dernière confrontation entre les deux équipes, en 2020, les Parisiennes n'ont laissé aucune chance aux Rafettes. Centre Presse - Jean-Louis Bories

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?