Triple infanticide d'Alfortville : le père s'explique sur l'assassinat de ses filles de 4, 10 et 11 ans

  • Le père a pris la voiture jusqu'en Seine-Maritime pour se livrer à la police, après avoir tué ses trois enfants.
    Le père a pris la voiture jusqu'en Seine-Maritime pour se livrer à la police, après avoir tué ses trois enfants. Illustration Centre Presse Aveyron
Publié le

Le père, qui est passé aux aveux, a déféré en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour assassinats.

Les faits remonteraient à la nuit de samedi 25 à dimanche 26 novembre 2023. Le principal suspect, âgé de 41 ans, aurait utilisé des somnifères pour endormir ses trois enfants et les tuer dans leur sommeil à Alfortville, dans le Val-de-Marne. Selon ses déclarations, il aurait échangé des messages conflictuels avec la mère le soir même, ce qui l'aurait poussé à passer à l'acte.

Le suspect serait ensuite parti du logement en voiture en prenant la direction de Bures-sur-Yvette dans l'Essonne, en vue de se suicider. Finalement, il a repris la route jusqu'en Seine-Maritime, où il s'est présenté au commissariat de Dieppe pour passer de lui-même aux aveux.

A lire aussi : Trois enfants morts retrouvés dans un appartement : le père avoue à la police les avoir tués

La garde des enfants au cœur du conflit ?

Ses trois filles, âgées de 4, 10 et 11 ans selon Franceinfo, ont été retrouvées dans le logement d'Alfortville par les forces de l'ordre, là où elles auraient été tuées.

Le parquet de Créteil a précisé que l'aînée était dans la chambre de l'appartement et présentait des plaies infligées par un couteau, près de la benjamine qui semble avoir été asphyxiée à mort. Le troisième enfant a été retrouvé dans le canapé du salon avec "des plaies thoraciques" et "des plaies de défenses aux mains, laissant penser à la saisie d'une lame". "Aucune lésion de nature sexuelle" n'a été relevée pour l'instant sur le corps des fillettes. 

Ce mardi 28 novembre 2023, le suspect a été déféré en vue de l'ouverture d'une information judiciaire des chefs d'assassinats. Par voie de communiqué, le parquet de Créteil a fait part des déclarations du père lors de sa garde à vue de 48 heures, parlant du conflit avec son ex-conjointe et du sujet de la garde des trois filles.

Le couple était en instance de divorce alors qu'ils étaient mariés depuis juillet 2011. "Dans l'attente d'une audience devant le juge aux affaires familiales prévue le 12 décembre", les trois filles passaient parfois des week-ends chez leur père.

Le domicile de la mère cambriolé

Le père avait déjà été condamné à 18 mois de prison dont 12 assortis d'un sursis probatoire pendant deux ans, pour des faits de violences conjugales, notamment en présence des faits filles aînées. Le parquet de Créteil explique que "dans le cadre de ce sursis probatoire, une mesure d'interdiction d'entrer en contact avec les victimes et de paraître au domicile familial avait été ordonnée par le tribunal", mais que cette interdiction avait été levée le 30 septembre 2022 pour "permettre la mise en œuvre des droits parentaux selon le souhait des parents".

La mère a été entendue par les enquêteurs, et aurait rapporté de nouveaux faits de violences sur elle et l'une de ses filles en août 2022, mais aucune plainte n'aurait été déposée. 

Pendant que la mère était auditionnée, tout juste quelques heures après les aveux du père à Dieppe, le domicile de la mère aurait été cambriolé dans la nuit. Une enquête a été ouverte pour vol par effraction et violation de domicile. Selon le parquet, "des moyens importants sont engagés afin de confondre le ou les auteurs et d'établir si cette intrusion présente un lien avec le retentissement de ce drame familial". 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme16531 Il y a 3 mois Le 29/11/2023 à 11:22

Un monstre....
Les femmes devraient vraiment faire attention avant de faire des enfants avec certains hommes qui égorgent leurs filles.