Grand Rodez Ruthénois

À Grenoble, Rodez connaît la marche à suivre

  • Après Grenoble,  le Raf se rendra à Nice II.
    Après Grenoble, le Raf se rendra à Nice II. Jean-Louis Bories - Jean-Louis Bories
  • À Grenoble, Rodez connaît la marche à suivre
    À Grenoble, Rodez connaît la marche à suivre
Publié le / Modifié le S'abonner

3e journée. Les Ruthénois enchaînent le premier de leurs deux déplacements de rang, cet après-midi (17 heures) à Sassenage, face à des Grenoblois qu’ils étaient allés battre la saison passée (1-0).

Il respire mieux. Et à en croire son entraîneur, il n’y a rien de plus normal. "C’est toujours plus facile après un succès", avouait Franck Plenecassagne, cette semaine. Grâce à sa victoire 2-1, il y a tout pile une semaine, face à Saint-Priest, le Rodez Aveyron football affiche sinon des stats, au moins un moral positif. La claque reçue à Lyon Duchère en ouverture (4-0) a été remplacée par l’impression très positive d’une première mi-temps au presque parfait et le voilà à nouveau conquérant et lancé sur la bonne voie. 

Celle-ci le mène samedi (17 heures) à Sassenage pour un duel avec Grenoble. Sur le papier, mieux vaut être gonflé à bloc. Et certain de ses forces. Car, comme le souffle le technicien du Raf, "Grenoble est toujours une belle équipe". Les Isérois, forts du plus gros budget du groupe (2,1M€), alignent les individualités et les noms comme des perles. L’ex-gardien de Tours (L2), Brice Maubleu, ou l’ancien canonnier algérien, Nassim Akrour, ont de quoi impressionner.

Le GF38 au ralenti

Rodez est averti. Plutôt deux fois qu’une. Cela ne l’avait d’ailleurs pas empêché de s’en dépatouiller la saison dernière. Surtout, à regarder le classement, même si le Raf s’apprête ensuite à enchaîner par un autre déplacement difficile à Nice II, la pression n’est pas vraiment de son côté. Mais plutôt des locaux, au ralenti avec deux nuls1-1-et à chaque fois une réalisation de leur recrue Pinto-Borges.

Sauf qu’au GF38, club il y a peu habitué des joutes du professionnalisme (Ligue 1 ou Ligue 2), la patience n’est pas vraiment une vertu. Pour leur première à domicile de la saison, quel visage afficheront les protégés de Saragaglia? Dans la préfecture iséroise, les supporters commencent à s’impatienter. Pas sûr que cela fasse les affaires de leur club. Pour autant, Plenecassagne a prévenu: face à un concurrent direct pour la montée, Rodez, avec un groupe similaire à celui tombeur de Saint-Priest, ne va pas se cacher. "On ne va pas passer 90 minutes à défendre". La saison dernière, cela lui avait réussi grâce à un but venu d’ailleurs de Loïc Coupin. Au moins, il connaît déjà la marche à suivre. 

Sur le même sujet
Réagir