Jean-Claude Luche et Alain Marc nouveaux sénateurs

  • Alain Marc et Jean-Claude Luche, ce soir à la proclamation des résultats. Ils reprennent à droite les deux fauteuils que Jean Puech et Bernard Seillier avaient laissé à la gauche en 2008.
    Alain Marc et Jean-Claude Luche, ce soir à la proclamation des résultats. Ils reprennent à droite les deux fauteuils que Jean Puech et Bernard Seillier avaient laissé à la gauche en 2008. Salima Ouirni
Publié le

Élections. Jean-Claude Luche au premier tour, rejoint au second par Alain Marc qui devance de 130 voix Alain Fauconnier: les grands électeurs ont choisi aujourd'hui leurs sénateurs, à droite.

Il faillit n’y avoir qu’un seul tour. À quelques voix près, Alain Marc (UMP) concluait l’épreuve aux côtés de Jean-Claude Luche. C’est la raison pour laquelle il fallut recompter avec minutie les 876 bulletins glissés dans les urnes: deux heures de dépouillement.
Auparavant, Jean-Claude Luche a pu être déclaré vainqueur sans ambiguïté avec un peu plus de 60,80% des voix. Le président UDI du conseil général rejoint donc la Haute Assemblée et devra démissionner de son mandat de conseiller régional. Alain Marc, de son côté repart, pour un tour l’après-midi même, pour 28 voix. Mais les cartes sont rebattues. À gauche, on fait place nette pour Alain Fauconnier (PS), sénateur sortant: Claude Charon (Parti communiste, 30 voix) et Georges Courbot (Parti de Gauche, 16voix), retirant leur candidature au second tour. Mieux encore, la sénatrice sortante, Anne-Marie Escoffier (PRG, 245 voix) en fait de même au terme d’un accord avec Alain Fauconnier: le mieux placé reste au second tour.

Jean-Louis Grimal sacrifié, Alain Fauconnier fait le plein

À droite, c’est Jean-Louis Grimal (Divers droite, 107 voix), qui se sacrifie. Au profit de qui? Alain Marc, glisse-t-il d’évidence, "ne voulant pas jouer contre sa famille politique". Mais déplorant à demi-mot que le bulletin à deux noms (Luche-Marc) - parfaitement légal - et le manque de compréhension de certains grands électeurs concernant le panachage, a amoindri ses chances...
Et comme, quel que soit le score du premier tour, on peut se représenter au second, Bruno Leleu (Front national), remet ses 10 voix en jeu. Il en perdra quatre au second tour.
Alain Marc, Alain Fauconnier, Bruno Leleu, telle est la physionomie du second tour qui s’ouvre après la pause déjeuner. Entre les deux premiers, les commentateurs annoncent une bataille serrée.
Au final, il n’en sera rien: 130 voix d’écart séparent Marc de Fauconnier. Ce dernier assure avoir fait le plein des voix à gauche. L’arithmétique est compliquée car au premier tour, une seule voix se porte sur deux candidats. Alain Marc de son côté savoure cette victoire et annonce qu’il quitte la députation. Une élection législative se profile en Sud-Aveyron. Il se dit qu’Alain Fauconnier pourrait s’y présenter désormais. "C’est un autre combat", balaye-t-il d’un revers de main. À suivre...
 

Analyse et réactions à lire demain matin dans Centre Presse

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?