Faits divers

Policier tué à Aubin : un choc d'une extrême violence

  • Le corps du policier a été projeté à plusieurs dizaines de mètres.
    Le corps du policier a été projeté à plusieurs dizaines de mètres. Philippe BOSCUS -
Publié le / Modifié le S'abonner

Drame. Le sous-brigadier Benoît Vautrin, fonctionnaire au commissariat de Decazeville, a été tué par une voiture qui a refusé de se soumettre au contrôle.

Une paire de lunettes de soleil sur le bitume. Et 57 mètres plus loin, le corps sans vie de Benoît Vautrin, 36 ans, sous-brigadier au commissariat de Decazeville, qui a été tué, vendredi vers 15 h 30, par une voiture qui refusait de se soumettre à un contrôle routier après avoir été « flashée » à 95 km/h, avenue du lycée, à Aubin. Sur une voie urbaine limitée à 50 km/h.

Le drame s’est joué en quelques minutes. L’Audi, apparemment conduite par un jeune Viviézois de 27 ans, Jérémy M., accompagné d’un passager lui aussi originaire du Bassin, roulait dans le sens Aubin-Viviez.

Un choc d’une violence inouïe

À hauteur du carrefour de l’avenue Edmond-Ginestet, son véhicule était donc contrôlé par le sous-brigadier Vautrin à 95 km/h. Le policier alertait immédiatement la patrouille d’interception, composée d’un fonctionnaire et de deux adjoints de sécurité, qui avait pris position 200 à 300 mètres plus loin.

Mais quand Jérémy M. apercevait la patrouille d’interception, il faisait brusquement demi-tour pour repartir dans le sens opposé, en direction du centre-ville aubinois.
Témoin de la scène, le sous-brigadier Vautrin s’avançait alors sur la chaussée pour enjoindre la voiture à s’arrêter. Mais cette dernière continuait sur sa folle lancée et percutait le policier avec une violence telle que le corps de ce dernier était projeté à plus de 5 mètres de haut, pour retomber plusieurs dizaines de mètres plus loin. Le corps a été, en fait, retrouvé à une soixantaine de mètres du lieu de l’impact supposé.

Pour attester de l’extrême brutalité du choc, outre les traces visibles sur le devant de l’Audi (pare-brise explosé, calandre abîmée et aile avant droite emboutie), les épaulettes de Benoît Vautrin ont été arrachées de son uniforme, tout comme sa montre de son poignet... Chose étonnante : la chaussée ne présentait aucune trace de freinage.

Pour de vulgaires pneus lisses

Une fois sur place, les secours n’ont pu que constater le décès du policier. Quant au conducteur, après avoir heurté le policier, il a stoppé sa voiture quelques dizaines de mètres plus loin et s’est soumis, avec son passager et sans résistance, aux forces de l’ordre qui participaient aux contrôles routiers.

Il a prétexté que les pneus de son véhicule étaient lisses pour expliquer sa tentative de fuite.
Les deux jeunes adjoints de sécurité présents sur les lieux ont été évacués vers l’hôpital de Decazeville, profondément choqués par l’horrible scène qui s’était jouée sous leurs yeux.

Placement en garde à vue

Sur place, l’émotion était très forte et palpable chez les policiers decazevillois, qui ont très vite sécurisé le site et collecté les premiers éléments de l’enquête. Le directeur départemental de la sécurité publique, Noël Torrès, le sous-préfet Éric Suzanne et le procureur de la République Yves Delpérié se sont également rendus sur place. Et ce n’est que quatre heures après les faits que le corps de Benoît Vautrin a pu être évacué.

Les deux occupants de la voiture ont été immédiatement placés en garde à vue au commissariat de Decazeville. Le conducteur aurait été transféré à Rodez hier soir.

Quant à la qualification des faits qui pourraient être reprochés aux deux occupants du véhicule, on en saura plus aujourd’hui. Le procureur Yves Delpérié, qui n’a pas souhaité communiquer vendredi en raison du manque d’éléments. Une conférence de presse est prévue ce samedi matin, sur les coups de 11 heures.

Benoît Vautrin était un fonctionnaire de police qui avait rejoint le commissariat de Decazeville au mois de septembre 2014. Il vivait toujours sur Albi, avec sa compagne et un enfant d’à peine un an, et faisait quotidiennement le trajet.
Le conducteur de l’Audi, quant à lui, était déjà connu des services de police pour divers délits routiers.
 

Sur le même sujet
L'immobilier à Aubin

84000 €

A VENDRE Maison T4 avec garage et atelier sur 700m2 de terrain arboré.RDC:[...]

266500 €

Sur 26 Ha attenant, proche vallée du Lot et de toutes commodités, cette pro[...]

75000 €

Proche Vallée du Lot - Ancien corps de ferme composé d'une maison d'habitat[...]

Toutes les annonces immobilières de Aubin
Réagir