«L'Abeille de l'Aveyron» part à la chasse aux frelons asiatiques

  • Près de 400 nids ont été répertoriés en 2015 dans seulement 109 communes du département.
    Près de 400 nids ont été répertoriés en 2015 dans seulement 109 communes du département. CP
Publié le , mis à jour

Une vaste campagne de piégeage est lancée pour éviter la prolifération des nids.

Arrivé dans l’hexagone en 2004 à la faveur de l’importation de poteries chinoises le frelon asiatique est désormais présent sur 70% du territoire. S’il est une menace pour les ruches (un nid de frelons décime quatre ruches en une semaine), il constitue également un problème de santé publique ainsi que le prouve le bilan réalisé par le syndicat des apiculteurs l’Abeille de l’Aveyron sur le recensement des nids dans le département. Il en ressort que près de 400 nids ont été répertoriés en 2015 sur 109 communes seulement. On peut donc s’interroger quant au nombre réel sur les autres communes aveyronnaises. Le plus surprenant c’est que 53% d’entre eux ont été localisés dans les villes ou les agglomérations.

Le problème du frelon asiatique est l’affaire de tous

La plupart d’entre eux ont été détruits soit par les apiculteurs, les particuliers ou des professionnels par l’intermédiaire des mairies dont certaines, et elles sont de plus en plus nombreuses, prennent en charge le coût de l’opération. Le problème du frelon asiatique est donc l’affaire de tous : Alain Teissier, président du syndicat, Jean-Louis Séguret, secrétaire et Christian Larroque, trésorier sont à l’offensive et lancent une vaste campagne de piégeage des futures fondatrices dès les beaux jours pour éviter la prolifération des nids. Sachant qu’à la fin de l’hiver les anciens nids sont désertés, seules les jeunes reines fécondées subsistent...

Au total cela représente entre 150 et 400 reines par nid qui se cachent en attendant les beaux jours pour aller fonder leur colonie. Il est donc important de piéger dans un périmètre de 200 à 1000 mètres autour des nids abandonnés pour capturer ces fondatrices. Dès le début mai il sera demandé aux particuliers de faire remonter au syndicat le nombre de pièges posés, le nombre de captures et le lieu de ces captures pour connaître le nombre de nids évités grâce à cette action collective. Un geste citoyen et écologique, qui concerne toute la population.

Abeille de l’Aveyron: Jean-Louis Séguret : 0678121949 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?