Quand Michel Rocard venait se ressourcer en Aveyron...

  • Philippe Meyer et Michel Rocard ont vécu une amitié de 51 ans, au point que le premier a racheté la maison au second à St-Hippolyte.
    Philippe Meyer et Michel Rocard ont vécu une amitié de 51 ans, au point que le premier a racheté la maison au second à St-Hippolyte. Reproduction Centre Presse
Publié le , mis à jour

Entre 2000 et 2006, Michel Rocard avait une maison près de Saint-Hippolyte où il est venu, quatre ans durant, se ressourcer en été. 

Disparu samedi soir, Michel Rocard, ancien Premier ministre, a eu, pendant quatre ans, des attaches en terre nord-aveyronnaise au début des années 2000. «Il voulait une maison pour créer un grand rendez-vous familial», confie Philippe Meyer qui l’a côtoyé dès 1965 partageant avec lui, «une longue amitié», au point de racheter la maison à ce dernier en 2006. Faisant ainsi dire: «Le seul véritable successeur que j’ai, c’est toi!»

Trois semaines par an

Une maison domiciliée au lieu-dit La Berque, commune de St-Hippolyte, «avec une vue imprenable sur la vallée du Goul», indique Roger Delpuech, ancien maire de St-Hippolyte et voisin alors de Michel Rocard. L’ancien Premier ministre socialiste a visité une trentaine de maisons avant de jeter son dévolu sur l’Aveyron pour y séjourner trois semaines par an en période estivale. «Il aimait lire, se reposer, aller voir les copains. Il avait fait réaliser des plans très respectueux des constructions locales pour agrandir la maison mais l’aventure aveyronnaise a tourné court suite au permis de construire refusé par la Direction départementale de l’équipement», relate Philippe Meyer qui se souvient «d’un homme de travail, de devoir, de responsabilité, protestant sérieux marqué adolescent par l’accueil des déportés». Un homme droit donc, qui n’a pas abusé de sa position après le refus du permis de construire. Une intégrité et une vision politique qui ont fasciné Philippe Meyer. «Je l’ai rencontré la première fois dans les Yvelines, j’avais 17 ans, étudiant en sociologie et il a fait un panorama d’action politique concret. Je me suis dit: si c’est cela la politique, c’est intéressant et j’ai commencé à l’admirer».

Marches en solitaire

En Aveyron, Michel Rocard se ressourçait. Discret donc. Comme se rappelle Roger Delpuech:  «Son épouse allait faire les courses à Mur-de-Barrez et Pons mais il ne descendait pas de la voiture. Il marchait en solitaire dans les bois sur la route de Pons». «Pons où il se rendait parfois au café, en toute simplicité», ajoute un Entrayol. Une parenthèse enchantée de quatre ans, prenant fin voici une décennie, mais dont la maison vit toujours des traces de son passage et de ses souvenirs puisque Philippe Meyer y réside toujours après avoir entretenu 51 ans d’amitié. Un souvenir amusant lui revient : «Michel a fait deux AVC  (accident vasculaire cérébral, NDLR) en Inde et en Suède et il m’a dit alors: si tu fais un AVC, fais-le à Stockholm». C’est finalement à l’âge de 85 ans que Michel Rocard s’en est allé.

Olivier Courtil
Voir les commentaires
L'immobilier à Saint-Hippolyte

390 €

Sur la route des vins, à louer charmant 2 pièces lumineux au 2e étage d'une[...]

781000 €

Ensemble immobilier sur 19,68 ares composé d'un immeuble entièrement rénové[...]

575000 €

ST HIPPOLYTE, Propriété de 40,58 ares située en zone artisanale comprenant:[...]

Toutes les annonces immobilières de Saint-Hippolyte
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?