Artisanat : l’équipe Bon-Cayron veut redynamiser la chambre

  • L’équipe d’Artisan Citoyen est particulièrement critique avec la gestion de l’actuelle présidente, Christine Sahuet.
    L’équipe d’Artisan Citoyen est particulièrement critique avec la gestion de l’actuelle présidente, Christine Sahuet. José A. Torres / Centre Presse Aveyron
Publié le

"Nous ne sommes pas des dissidents, nous sommes une force de propositions." C’est en ces termes que le tapissier décorateur d’ameublement ruthénois de la rue de l’Embergue, Philippe Marchandot, a expliqué son engagement dans l’équipe d’Artisan citoyen aux côtés de Laurent Bon et Francis Cayron.

Lors des précédentes élections à la chambre de métiers, le plombier de Flavin et l’entrepreneur de travaux publics du Bassin decazevillois s’étaient présenté chacun sur l’une des deux listes opposées. Les deux hommes, administrateurs sortants, font, cette fois, cause commune pour rompre avec la gestion actuelle, dans laquelle ils affirment ne pas se retrouver. Et le moins que l’on puisse écrire c’est qu’ils ont la dent dure avec l’équipe sortante qui, selon eux, "n’a pas su se remettre en cause."

"Trop d’artisans que nous avons rencontrés se plaignent et se considèrent incompris", ont-ils expliqué, hier, en conférence de presse. Critiques, donc, les principaux responsables d’Artisan citoyen le sont. Déplorant, pêle-mêle, "la perte de plus de 150 apprentis, l’ouverture d’une seule section nouvelle en 7 ans, le manque de communication, d’information et de transparence, avec des assemblées générales fermées", et, surtout, "la mauvaise gestion du personnel", qui aurait pour conséquence "plusieurs arrêts de travail pour longue maladie."

En attendant de dévoiler leur programme d’actions, ce qu’ils feront début octobre, Laurent Bon et ses colistiers ont exprimé leur volonté de revaloriser l’image de la chambre de métiers et de redynamiser l’apprentissage. Avec l’objectif avoué de rehausser le niveau des formations et de spécialiser le CFA sur une filière. Se présentant dans une position d’outsiders, les équipiers de Laurent Bon et Francis Cayron n’oublient pas d’appeler tous les artisans aveyronnais à se mobiliser pour ces élections. Lors du précédent scrutin, il y a de cela 6 ans, 20% seulement des quelque 6500 ressortissants relevant de la chambre de métiers avaient participé à la désignation de leurs représentants. C’est vraiment peu.

Joël Born
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir