Derrière le Hublot coule ses vingt ans dans une BD

  • Lost on the Lot décrit les différents séjours des deux dessinateurs, à proximité de la rivière, entre Lot et Aveyron.
    Lost on the Lot décrit les différents séjours des deux dessinateurs, à proximité de la rivière, entre Lot et Aveyron. Benoit Cary / Benoit Cary
  • Derrière le Hublot coule ses vingt ans dans une BD
    Derrière le Hublot coule ses vingt ans dans une BD Benoit Cary / Benoit Cary
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’association capdenacoise lance sa deuxième partie de saison avec la sortie nationale de la BD «Lost on the Lot».

Avec l’association capdenacoise Derrière le hublot, il se passe toujours quelque chose. À peine l’édition des vingt ans de L’Autre festival a-t-elle refermé ses partitions qu’il est temps de vivre la deuxième partie de saison, dont le coup d’envoi sera donné ce samedi 17 septembre, en direct de l’usine hydroélectrique SHEM de Capdenac-Gare, à l’occasion de la récente sortie nationale de la bande dessinée Lost on the Lot.

Un album et une expo Lost on the Lot est, à la fois, un album de bande dessinée et une exposition créées par les deux cofondateurs des Éditions des Requins marteaux, Guillaume Guerse et Marc Pichelin.

Sur une proposition de Derrière le Hublot, les deux auteurs ont participé à plusieurs résidences de création, entre 2011 et 2015. Lost on the Lot décrit les différents séjours des deux dessinateurs, à proximité de la rivière, entre Lot et Aveyron, leurs rencontres avec les gens qui y vivent et l’histoire de Derrière le Hublot, à travers son projet artistique et culturel de territoire.

«Enorme coup de cœur»

Présenté en avant-première lors de l’Autre festival, l’album est sorti nationalement en librairie le 22 août dernier, s’attirant les critiques enthousiastes de la presse spécialisée. « Cet album est un petit miracle d’authenticité, où les auteurs nous livrent leur vision d’un autre monde, solidaire et attaché à ses racines, mais aussi à sa culture », peut-on lire dans le webzine Parallèle(s), qui accorde un « énorme coup de cœur. »

Dans DBD, Ronan Lancelot évoque « un objet poétique, une invitation au voyage et à la flânerie », alors que Canal BD retient « un travail humaniste, tout en nuances. » L’album s’accompagne désormais d’une exposition qui va tourner jusqu’au jeudi 13 octobre, dans divers lieux de l’Aveyron et du Lot, avec des temps de rencontres et de dédicaces avec Guillaume Guerse, l’un des deux auteurs. Ce dernier est aujourd’hui dans la cité cheminote. Il sera également à la Maison du livre de Rodez, le vendredi 23 septembre, de 16 heures à 18 heures. 

Joël Born
Voir les commentaires
Réagir