Carole Delga demande un million d'euros d'aide supplémentaire pour la filière palmipède

  • Carole Delga, présidente de la Région, ici avec la députée Marie-Lou Marcel a rappelé chez Jacky Carles son soutien à la filière canards gras.
    Carole Delga, présidente de la Région, ici avec la députée Marie-Lou Marcel a rappelé chez Jacky Carles son soutien à la filière canards gras. Centre Presse Aveyron
Publié le , mis à jour

En déplacement dans l'Ouest Aveyron, la présidente de la Région a fait un détour par la ferme Carles de Monteils où elle a annoncé une aide supplémentaire d'un million d'euros pour la filière, récemment touchée par un vide sanitaire suite à la découverte de foyers de grippe aviaire.

Le chaudron - ici on dit « païdola » - a la double identité de la région Occitanie et de la députée Marie-Lou Marcel. En faisant hisser celle-ci dans le cantou de sa grange par la présidente de la Région et la parlementaire de l’Ouest Aveyron, « Carlou », fabricant de bonne chère, d’humanité et de bonne humeur, jouait de la symbolique terrienne qui a fait sa marque de fabrique. Mais derrière, ce clin d’œil, ce sont bien plus les propos, doublés d’un engagement, de Carole Delga, que les observateurs retiendront.

Issue du terroir du Comminges, la nouvelle présidente de la Région n’était pas en terre inconnue du côté de Monteils. Chez Jacky Carles, accompagnée de la faconde du maître des lieux qui sait combien la crise liée à la grippe aviaire n’a pas été simple à gérer dans son quotidien estival, la présidente du conseil régional opina, à plusieurs reprises en écoutant les propos de celui porte la parole de beaucoup. Du handicap imposé par les restrictions de production suite à la fermeture contrainte des élevages au printemps dernier, lui en a fait un atout qu’il vend au même titre que sa conception du tourisme vert.

"J’ai anticipé les exigences de l’administration", a-t-il lâché devant le préfet Louis Laugier en faisant visiter ses nouveaux parcs à canards et sa salle de gavage où sont installées toilettes et douches. Il ne se démonte pas. Il explique comment son système de gavage lui permet de faire la promotion du foie gras, y compris dans des milieux plutôt hostiles. Depuis cette fin d’été, journalistes Belges et Bataves jouent des coudes pour interviewer l’homme de Monteils. Comme un pied de nez aussi aux idées reçues. "J’ai beaucoup été aidé par la Région et l’administration, consent-il en s’empressant d’ajouter, mais j’ai aussi été beaucoup sur les routes pour faire la promotion de notre région"

Pas de chant des sirènes tout au plus une manière d’alerter. Et de placer : "Mon souhait c’est que la cuisine dans des chaudrons de cuivres entre dans le patrimoine immatériel." Comme une croisade en devenir après avoir ferraillé avec les instances bruxelloises. Pour Carole Delga pas de doute, la filière du gras-marqueur agroalimentaire de l’ex Midi-Pyrénées- doit être plus que défendue. Aussi après que la collectivité régionale ait déjà injecté 4 millions d'euros, elle demandera aux élus de voter le 28 novembre prochain une rallonge de 1 million d'euros. Une rallonge de 20 % axée sur l’investissement, pour aider, comme elle le suggère : "Les producteurs à réaliser leurs travaux de mises aux normes, car il y a une réelle demande des acteurs économiques de ce secteur." Des aides qui concerneront petits producteurs et PME…

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?