Politique

Législatives - Ouest Aveyron : les candidats entrent en campagne

  • De gauche à droite : le duel André At (LR) Bertrand Cavalerie (PS) devrait avoir pas mal d’arbitresau décompte final.
    De gauche à droite : le duel André At (LR) Bertrand Cavalerie (PS) devrait avoir pas mal d’arbitresau décompte final. reproduction Centre Presse Aveyron / reproduction Centre Presse Aveyron
Publié le / Modifié le S'abonner

Pour l’heure, les militants socialistes ont enfilé le bleu de chauffe afin de préparer les primaires citoyennes.

Le premier à avoir reçu l’onction de ses instances dirigeantes, après être passé sous les fourches Caudines des militants, c’est Bertrand Cavalerie. Premier secrétaire fédéral du Parti socialiste, le Capdenacois, conseiller départemental du canton Lot et Montbazinois, a le feu vert de la rue Solférino. « J’ai été confirmé dans le cadre de l’accord national PS-PRG », rappelait-il en ce début de semaine. Pour l’heure, lui et les militants socialistes ont enfilé le bleu de chauffe afin de préparer les primaires citoyennes. À la question sur son suppléant potentiel, il lâche : « C’est presque fait… »

Tout en sachant que si les Radicaux de gauche envisagent de se lancer dans la bataille, Bertrand Cavalerie ouvrira, selon toute vraisemblance, cette suppléance au parti, dirigé par Sylvia Pinel. D’autant qu’il sait qu’il y a nécessité de se serrer les coudes pour franchir le cap du premier tour.Avec, éventuellement, un Front national haut, aucun scénario ne serait à écarter.

Sur la droite de l’échiquier, s’il en est un qui jubile c’est bien celui qui, depuis dimanche, endosse la casaque de candidat officiel Les Républicains (LR). En dépit des allégations du Villefranchois Laurent Tranier (candidat battu en 2012), qui exigeait à cor et à cri l’organisation d’une primaire à l’échelon de la circonscription, les instances ont tranché. Ce dimanche, le Conseil national LR a entériné les propositions du comité d’investiture, sur lequel le vice-président du conseil départemental s’appuyait pour faire valoir sa légitimité. « Je considère, confiait-il à notre rédaction, avoir une triple légitimité : celles des urnes avec plusieurs élections gagnées, celle de ma famille politique et le fait d’être un acteur du territoire de par ma profession. » C’est dans cet esprit que le maire de Crespin entend aller au-delà des considérations nationales qui font le sel de toute élection législative, en proposant aux électeurs « un programme de territoire, car pour le volet politique ce sera la présidentielle. » Son suppléant sera un élu en vue du Bassin, même si pour l’heure il ne veut pas lâcher son nom. Et les autres postulants dans tout ça ?

Les Radicaux de gauche ont annoncé leur intention de concourir, a priori - mais cela n’est pas encore officiel - avec Éric Cantournet. Du côté des « Insoumis » de Jean-Luc Mélenchon, le communiste decazevillois Pascal Mazet est en lice bien avancée. Mais rien ne serait encore tranché : une candidate du pays villefranchois, Dominique Dessart, ex-coordinatrice du Front de gauche, est aussi sur les rails de l’investiture.

Le Front national s’apprêterait à envoyer Bruno Leleu au combat. Sans oublier d’autres candidats potentiels (Verts, NPA…), bien sûr.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir