Hier encore... Découvrez l’histoire de l’usine Bosch

  • Hier encore... Découvrez l’histoire de l’usine Bosch
    Hier encore... Découvrez l’histoire de l’usine Bosch
  • Hier encore... Découvrez l’histoire de l’usine Bosch
    Hier encore... Découvrez l’histoire de l’usine Bosch
Publié le , mis à jour

En 1940, les abattoirs municipaux de la ville de Rodez étaient installés (depuis 1920) sur un vaste terrain longé par l’Aveyron, bordant la route de Laissac et la voie de chemin de fer. La société Labinal décide d’y importer une activité industrielle : l’Électromécanique de l’Aveyron (Elma) et les quatre années qui suivent voient la construction de plusieurs bâtiments sans que l’activité puisse s’y développer à cause de l’occupation allemande. Cinq ans après la fin de la guerre, la structure prend son essor, occupant 450 personnes à la fabrication d’accessoires automobiles. En raison d’évolutions technologiques dans ce secteur, durant les années 1950-1955, l’usine subit une telle baisse d’activité que l’effectif tombe à une cinquantaine de salariés. C’est alors que le PDG de Labinal, Pierre Bessière, natif de Marcillac, entreprend de redresser une situation précaire en lançant la Cepro (Compagnie électro-plastique du Rouergue) d’abord axée sur la fabrication de pièces en plastique pour se tourner ensuite vers la production de pièces mécaniques pour moteurs diesel. C’est l’époque où l’industrie automobile a le vent en poupe. Ainsi, la direction décide, en 1960, de transférer à Marcillac le secteur plastique. Cette usine prend successivement le nom de Manuval, Purflux et Filtrauto.

Débute une période de flottement pour la Cepro qui permet au géant allemand Bosch de mettre le pied en Aveyron dès 1962 (la vue ci-dessus date de cette époque). L’élément déterminant se situe en 1966 où, à la suite d’une rencontre avec le ministre de l’Industrie, la direction de Robert Bosch promet de développer l’usine de Rodez en renouvelant le parc machines et en redéployant la production vers des bougies filament au détriment des porte-injecteurs. La structure juridique de la Cepro disparaît en 1970 devenant « la Bosch » avec un effectif de 500 salariés. À partir de 1971, une série d’agrandissements est apportée au site. Il s’en suit une longue période étroitement liée à la modernisation du secteur automobile, chaque évolution étant marquée par des crises ingénieusement contournées par la mise en fabrication de nouveaux produits. Fin 2001, l’arrivée de l’injecteur pompe fait grimper l’effectif à 2 100 personnes auquel s’ajoutent 300 intérimaires. En 2016, l’usine produit principalement des injecteurs de moteurs diesel et emploie 1 600 salariés. La baisse du diesel place l’année 2017 devant des choix d’adaptation aux nouveaux marchés. Nous ne doutons pas qu’ils iront vers la pérennité de cette usine si étroitement liée à l’histoire du département.

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

81000 €

Rodez Type 2 avec belle vue, exposition Sud d'une surface d'env 46 m2. Chau[...]

461 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- 3 pièces dans quartier calm[...]

335 €

Ce studio vous propose: Une entrée Un séjour avec coin kitchenette (2 plaqu[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?