Sam Technologies : le personnel lance un ultimatum

  • Les délégués CGT et membres du CE, Gyslaine Gistau et Sébastien Lallier.
    Les délégués CGT et membres du CE, Gyslaine Gistau et Sébastien Lallier.
Publié le , mis à jour

Rien ne va plus au sein de l’entreprise Sam Technologies, où le personnel qui vient de se réunir en assemblée générale à l’initiative de la CGT, a voté une motion à la quasi-unanimité (98 %) des personnes présentes ce jour-là. À travers cette motion, les signataires demandent au futur repreneur, quel qu’il soit, à Renault, à l’État et à l’actionnaire majoritaire, qu’ils travaillent ensemble à la mise en œuvre d’un plan de reprise de l’entreprise Sam technologies qui permettrait de pérenniser les emplois et garantir l’avenir industriel du site sur le long terme.

« De tels engagements seraient de nature à nous redonner espoir », expliquent Gyslaine Gistau et Sébastien Lallier, les représentants du personnel. « Cela nous permettrait d’envisager l’avenir avec sérénité tout en contribuant à rassurer aussi les habitants d’un Bassin déjà bien fragilisé. »

Pour mémoire, le site viviézois est à l’origine de la création et du développement du groupe Arche, qui est devenu, grâce à Sam Technologies, un fleuron de l’industrie française. Durant des décennies, l’usine a dégagé de bons résultats qui ont grandement contribué à maintenir à flot l’ensemble des autres sites du groupe Arche.

« Ces dernières années, à plusieurs reprises, nous avons alerté les services de l’état, les constructeurs et les élus d’ici et d’ailleurs, quant aux graves dérives financières et industrielles occasionnées par les dirigeants de l’entreprise, dénoncent les délégués CGT. Résultat, comme nous l’avions prédit depuis longtemps, l’entreprise a été placée en redressement judiciaire. Nous avons été patients et nous avons toujours fait preuve, depuis un an, d’un état d’esprit constructif. Mais là, la perspective d’un drame social est devant nous. Alors il faut faire quelque chose », ajoutent-ils.

Selon la CGT, l’offre de reprise du groupe Linamar, telle qu’elle a été présentée, « va impacter, de manière insupportable, les effectifs de la Sam. L’entreprise dispose d’atouts considérables et pourtant sa survie à très court terme est remise en cause. Nous ne pouvons pas l’accepter. C’est injuste, surtout que dans le même temps le marché automobile est en pleine croissance ».

Et Gyslaine Gistau de conclure par une mise en garde : « Sans évolution réelle et positive du contenu de l’offre en date du vendredi 8 septembre, les acteurs du dossier s’exposeront alors à des tensions sociales majeures. »

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

35000 €

Decazeville centre : Appartement T3 situé au 1er étage d'un petit collectif[...]

205000 €

Exclusivité Decazeville : Belle maison individuelle de type 9 sur un terrai[...]

20000 €

SOUS COMPROMIS DE VENTE Dans petite résidence sécurisée, à 500m tous commer[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?