Coupe de France : Rodez débute son aventure à Luc-Primaube ce soir

  • Coupe de France : Rodez débute son aventure à Luc-Primaube ce soir
    Coupe de France : Rodez débute son aventure à Luc-Primaube ce soir
Publié le , mis à jour

En prenant connaissance du tirage au sort, Laurent Peyrelade a dû pousser un petit soupir de soulagement. Lui qui n’a pas caché, depuis le début de la saison, ses craintes par rapport à l’incidence des déplacements sur ses joueurs, a dû souffler en découvrant que le hasard avait permis d’éviter un trajet jusqu’à Luzenac, Tarbes ou Lourdes. Un « très bel avantage » à première vue, ainsi qu’il l’a décrit, mais qui, compte tenu de l’identité de l’adversaire, devrait a priori être contrebalancé par l’accueil qui sera réservé à ses joueurs.

« C’est un derby, il y aura du monde, mais personnellement, je ne connais personne en face. Il n’y a donc aucun antécédent. Au contraire, je suis plus enclin à remercier le maire de Luc, qui nous a offert l’accès au terrain synthétique de sa commune l’an dernier, et nous a ainsi permis de nous entraîner correctement », a-t-il déclaré, tout en étant conscient que ce soir, l’heure ne sera pas à la bienveillance dans le camp d’en face.

« Il faut que l’on soit prêt à livrer un gros match, a-t-il expliqué. Luc-Primaube aura envie de passer et nous aussi. à nous d’être meilleurs. On a un plan de jeu, une idée de ce que l’on veut faire, et ce qui m’intéresse, c’est l’intensité et l’engagement dont on va faire preuve. »

Face à un adversaire hiérarchiquement inférieur, le Raf, en pleine confiance grâce à son très bon parcours en National 1 (cinq victoires et trois nuls), va donc devoir s’inscrire dans la continuité du championnat, tout en s’adaptant aux particularités de la « Vieille dame » et de ces rencontres déséquilibrées sur le papier.

« Il faut que l’on reste fidèle à nous-mêmes et à nos principes. Le but n’est pas de faire un bon match mais un match efficace », a affirmé l’entraîneur ruthénois, bien décidé à franchir ce tour... et quelques autres par la suite.

« L’objectif en championnat n’a pas changé, pas plus qu’en Coupe. On veut vivre une aventure, postuler à un voyage dans les Dom-Tom par la suite, et disputer un trente-deuxième de finale à la maison, contre une grosse équipe », a-t-il assuré, en se félicitant d’être « libre de faire les choix [qu’il a] envie de faire et d’aligner la meilleure équipe ».

« Je vais pouvoir faire souffler certains joueurs qui en ont besoin, sans pour autant envoyer l’équipe C », a-t-il apprécié, en prenant la Coupe de France comme une compétition à part entière mais en l’inscrivant également dans la perspective du National 1.

« L’idée est de répartir les temps de jeu, que tout le monde entre dans le système et adhère aux principes, de façon à pouvoir être titulaire la semaine suivante », a-t-il détaillé, tout en balayant la crainte liée aux conséquences d’une élimination sur la dynamique actuelle.

« Il n’y a jamais de crainte dans un match de foot, a-t-il tranché. Le jour où ça arrive, il faut changer de métier. Tout le monde est obnubilé par notre invincibilité mais des matches, on en perdra ; le plus tard sera le mieux, évidemment, mais le problème, ce ne sera pas la défaite mais la façon dont on s’en relèvera ».

Centre Presse / Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?