Rodez Agglo : le parc des expositions de Malan verra-t-il enfin le jour ?

  • Les élus communautaires ont confirmé leurs points de vue divergents sur le parc de Malan et la politique culturelle. JAT
    Les élus communautaires ont confirmé leurs points de vue divergents sur le parc de Malan et la politique culturelle. JAT
Publié le
Centre Presse / Rui Dos Santos

Cela fait au moins deux décennies que ça dure. Pas question de parler d’Arlésienne mais, en revanche, force est de constater que le parc des expositions de Malan-Gazet, sur les communes de La Primaube et Olemps, et la politique culturelle de Rodez Agglomération reviennent régulièrement sur la liste des sujets qui opposent les élus communautaires. La séance publique tenue mardi en début de soirée a confirmé ce constat.

Alors que la plupart des points à l’ordre du jour ont été votés à l’unanimité, il n’en a pas été de même en ce qui concerne celui intitulé « Aménagement du site du parc des expositions et de la zone d’activités connexe - Marché de maîtrise d’œuvre ». Si Matthieu Lebrun a été le seul à monter réellement au créneau sur le bien-fondé du parc des expos (10 hectares, 20 M€ pour sa construction), il a été rejoint par, notamment, Arnaud Combet, Jacqueline Cransac, Jean-Luc Paulat et Marie-Claude Carlin quant à la sortie de terre d’une zone d’activités (10 hectares aussi, 10 M€). Ils ont tous activé le même levier, soulignant en chœur : « ça suffit avec L’Estréniol ! Il faut préserver Rodez. Le danger n°1 est d’assécher les bourgs-centres. L’inquiétude des commerçants est une réalité ».

Prenant le relais de Jean-Philippe Sadoul, rapporteur de ce dossier, Christian Teyssèdre a planté le décor : « Ce projet est dans les cartons depuis vingt ans mais, à la différence de certains, nous sommes passés aux actes. Se passer d’un parc des expos serait une faute grave et on doit donner un signe de confiance aux entreprises ». Toujours sur le même ton, le président de Rodez Agglomération rappelle la volonté « d’un rééquilibrage entre le nord et le sud de Rodez », ne manquant pas de donner un coup de griffe à ses prédécesseurs : « On réserve seulement 7 000 m2 pour des commerces et de l’artisanat, alors qu’il y en a au total 117 000 m2 de l’autre côté ». Pour ce qui est de la vocation du parc des expos, l’élu a été très clair : « Des spectacles, des événements sportifs et des salons axés autour de l’agro-alimentaire, de l’agriculture et du bio. Pourquoi ne pas imaginer un petit Sisqa à Rodez ? ».

L’hémicycle est alors passé au vote. Verdict : deux mains levées contre cette délibération et trois abstentions.

20 000 euros pour Le Club

Avant cette passe d’armes, virile mais correcte, un autre sujet avait déjà chauffé la salle. Jean-Luc Paulat et, à un degré moindre, Serge Julien ont enfourché le serpent de mer aux airs de politique culturelle. La grille tarifaire de l’Amphithéâtre a ouvert le feu et l’attribution de subventions a été une invitation à souffler sur les braises. En revanche, tout le monde (ou presque) a salué l’enveloppe de 20 000 € accordée à l’association Oc’Live qui gère Le Club. « On était largement en dessous de ce qu’on pouvait leur apporter vu tout le travail effectué sur les musiques actuelles, a reconnu Jean-Michel Cosson. C’est complètement cohérent car il y a un cadre d’excellence et une technologie élaborée ».

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?