Rodez : quel retour au stade Paul-Lignon après les sifflets ?

  • Bien que toujours leaders ce soir-là, les Ruthénois avaient entendu un public mécontent au sortir du match face aux Herbiers (0-0). Archives JAT
    Bien que toujours leaders ce soir-là, les Ruthénois avaient entendu un public mécontent au sortir du match face aux Herbiers (0-0). Archives JAT
Publié le , mis à jour

Le public a aussi offert un petit supplément d’énergie à Concarneau. On aurait dû l’enregistrer pour le montrer au nôtre. Il faut qu’il vienne nous aider la semaine prochaine pour remettre la marche avant. » Un peu taquin, cet extrait de la réaction d’après-match vendredi soir dernier à Concarneau (défaite 2-1 du Raf) du coach ruthénois Laurent Peyrelade en dit surtout beaucoup. Il exhorte les supporters du Raf à pousser leur équipe.

Eux - enfin pour partie - qui avaient sifflé Pierre Ruffaut et les siens il y a 15 jours au coup de sifflet final d’un, il est vrai, triste 0-0 face au 15e Les Herbiers. Des sifflets qui étaient descendus des tribunes alors même que le Raf avait malgré tout conservé (provisoirement) la première place.

Demain soir face à l’entente Sannois Saint-Gratien (8e), Jérémy Mellot and Co ne porteront plus le costume de leader, abandonné désormais à Grenoble. Mais les dauphins, promus à ce niveau-là cet été faut-il le rappeler, comptent bien mettre fin à une série de cinq matches sans succès (trois défaites et deux nuls) rue Vieussens. Et pour les y aider, le soutien de leur public peut effectivement s’avérer capital.

Fébriles, ou en tout cas moins tranchants et peut-être ayant perdu un peu de leur fougue du début de saison, les Ruthénois ont à coup sûr nul besoin d’une ambiance pesante. D’une atmosphère qui les ferait encore plus cogiter vis-à-vis de cette série noire, débutée contre Pau fin novembre (0-2) et consécutive pourtant à 18 mois d’invincibilité à Paul-Lignon. Et cela même si Ugo Bonnet et ses partenaires s’en défendent.

L’attaquant avait ainsi indiqué au sortir du match face aux Herbiers au sujet des sifflets : « ça appartient à chacun. Ils font ce qu’ils veulent. On a entendu. On le prend ni mal, ni bien. » Discours de façade ou pas ? Pierre Bardy, le défenseur, avait lui réagi ainsi ce même soir : « Je pense que ce sont ces mêmes gens (qui ont sifflé) qui, si on est en haut de l’affiche, viendront nous applaudir. » Venant ainsi alimenter un peu plus la réputation d’un stade à l’image plutôt froide, ou en tout cas davantage spectateur que supporter (pas forcément le cas du kop ruthénois).

Cela sera-t-il encore le cas ce soir ? Les exigences des suiveurs du Raf seront-elles supérieures à la capacité de l’équipe, dans le dur actuellement mais qui est toujours en course pour la montée en L2 alors que son objectif initial a toujours été le maintien ? Enfin, depuis ces fameux sifflets, des débats animés à ce sujet alimentent les conversations autour du club. Telle réaction sonore pourrait-elle ainsi se reproduire demain soir ? Un succès devant l’ESSG l’éviterait forcément. 

Centre Presse / Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?