Chasse - Pêche

Le président national de la chasse à Rodez aujourd'hui : "Des raisons d'avoir de l'espoir"

  • Le président national de la chasse à Rodez aujourd'hui : "Des raisons d'avoir de l'espoir"
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
William Schraen a été élu président de la fédération nationale des chasseurs en 2016, sera présent en Aveyron ce week-end dans le cadre de l’assemblée générale des chasseurs de montagne qui regroupe trente-cinq départements.

William Schraen a été élu président de la fédération nationale des chasseurs en 2016. Il sera présent en Aveyron ce week-end dans le cadre de l’assemblée générale des chasseurs de montagne qui regroupe trente-cinq départements. C’est la première fois qu’il se rend dans le département. Entretien avec Nicolas Cayssiols, directeur de la fédération des chasseurs en Aveyron sur cette venue.

 

Est-ce l’ouverture du centre de formation des chasseurs à Rodelle qui a motivé la venue du président national ?
Non, cela fait longtemps qu’il avait émis le souhait de venir en Aveyron. Sa venue est une reconnaissance. D’autant que c’est quelqu’un de passionné, très investi et qui œuvre bénévolement après avoir exercé dans le négoce de fleurs. Il tiendra l’assemblée générale samedi à Fontanges et un banquet est prévu dimanche dans un buron sur l’Aubrac.


Quelles sont les doléances que vous porterez à cette occasion ?
Ce sont les mêmes problématiques qui viennent d’être discutées lors du congrès de Lyon fin mars. Il y a le permis à 200 € qui fait bouger mais les vrais problèmes restent la prolifération du sanglier et le vieillissement des chasseurs. Le permis de chasse à 200 € est en fait un permis national qui remplacerait le bi-départemental pour 400 €. En Aveyron par exemple seulement mille chasseurs sur 12 000 l’ont. L’enjeu est dans la réforme de la chasse avec notamment le transfert des 70M€ des chasseurs qui allaient auparavant à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et iraient à l’agence France Biodiversité. Le président national a été audité en ce sens mercredi à l’assemblée Nationale.


Quelles sont les pistes envisagées ?
Concernant le nombre d’adhérents, il y a déjà un regain au niveau des jeunes. En Aveyron, nous sommes passés de 200 permis par an il y a cinq ans à 496 cette année. On constate un retour aux sources des gens vers la nature et des reconversions dans les activités ludiques avec des personnes de 30- 40 ans qui arrêtent le foot et le rugby pour la chasse. Cela ne compense pas la tranche d’âge des 65-75 ans qui représentent 1 voire 1,5 % des 12 000 chasseurs en Aveyron mais on limite plus la casse qu’ailleurs. Il y a donc des raisons d’avoir de l’espoir.

Réagir