Faits divers

Décès de Pascal Filoé : les hommages se multiplient

Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
La mort de Pascal Filoé, tué par plusieurs coups de couteau ce jeudi matin, fait réagir politiques, syndicats et autres fédérations.

La mort brutale de Pascal Filoé, directeur général adjoint des services à la mairie de Rodez en charge, notamment, du fonctionnement de la police municipale, suscite une émotion sans commune mesure, qui dépasse les frontières de l'Aveyron.

Sur les réseaux sociaux, les hommages ne cessent de se multiplier depuis l'annonce de la disparition tragique du fonctionnaire ruthénois.

C'est abord le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, qui a apporté son soutien et ses "premières pensées (...) à sa famille et des proches".

 

 

Carole Delga, présidente de la région Occitanie, y est allée aussi de son hommage. En plus d'apporter son soutien et son réconfort aux "proches" de la victime, elle exprime sa "profonde indignation suite à l'agression mortelle dont a été victime M.Filoe".

 

 

Le maire d'Onet-le-Château, Jean-Philippe Keroslian, a également sa "profonde tristesse" et apporté ses "plus sincères condoléances" à la famille du défunt en son nom et celui des élus du conseil municipal.

Du côté des organisations syndicales, l'indignation est tout aussi palpable. Le Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM), qui a rappelé les faits survenus ce matin à Rodez, adresse un message de condoléances à la famille de Pascal Filoé.

 

 

La Fédération autonome de la fonction publique territoriale (FA FPT), elle, s'avoue atterrée face à "cet homicide volontaire à l'encontre de ce cadre territorial". Dénonçant l' "absurdité, l'inconscience, la bêtise et le danger" de tels fais, la FA-FPT en profite pour revenir sur l'épineux débat sur l'armement des policiers municipaux et évoque un entretien avec Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, sous quinzaine.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir