Basket

Basket-ball : deux renforts de taille à Rodez

  • Basket-ball : deux renforts de taille à Rodez
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Malgré la descente, le club ruthénois a réussi à séduire Junior Mani et Anis Ghars.

Suite à sa descente en Régionale 2 la saison passée, le Rodez basket Aveyron (RBA) a tout de suite rebondi en affichant une volonté de remonter en Prénational dès cette année. Pour cela, il fallait donc renforcer l’équipe et ce sont Junior Mani et Anis Ghars qui ont intégré un effectif presque similaire à celui du précédent exercice.

Le premier, véritable passionné des terrains, qui a débuté sur les playgrounds parisiens, a vite trouvé sa place au niveau national avec une carrière bien remplie à ce niveau-là. Il a attaqué, notamment, ses années seniors à Nanterre (Nationale 1) sous les ordres de Pascal Donnadieu. Ce globe-trotter de la balle orange a ensuite joué à Toulouse (Nationale 2), puis participé à une montée de N3 à N2 avec Brissac et une autre de N2 à N1 avec Angers, avant de retrouver la N3 du côté de Besançon.

Du haut de son 1,87 m, Junior Mani a été pendant longtemps un arrière ultra athlétique capable de beaucoup scorer et de défendre fort sur l’homme. Celui qui se considère comme "le vieux briscard de l’équipe" reste toutefois polyvalent, en étant notamment un gros joueur de un contre un, que ce soit face ou dos au panier. Enfin, de l’avis même des dirigeants ruthénois, "c’est surtout son expérience qui va être intéressante pour cette saison car c’est aussi un habitué des niveaux régionaux en Midi-Pyrénées". Il a ainsi déjà connu la Prénationale avec Albi et à Lavaur, ainsi que la Régionale 2 avec Pamiers et l’OTB.

"Je suis arrivé ici avec pour objectif de faire le boulot que le club et le coach me demandent. S’il faut scorer, je score ; s’il faut défendre, je défends, assure l’intéressé. Je suis là avant tout pour l’équipe et remplir le contrat, à savoir l’accession à l’issue de la saison. En venant, j’ai trouvé un groupe “peinard” qui tient bien la route. Cependant, nous avons encore à travailler individuellement et collectivement".

"Au complet, on va faire mal"

Officiellement ruthénois depuis ce mercredi, Anis Ghars est la seconde recrue de la formation de l’entraîneur Brahim Rostom. Formé à Mirecourt, dans les Vosges, dès l’âge de 8 ans, il s’est entraîné à l’époque toute sa troisième année de cadet avec le groupe de la Nationale 2 du club vosgien. Cela lui a offert l’opportunité de signer en N3 aux Arcs (Var) où il a joué plusieurs saisons et connu malheureusement deux descentes. Par la suite, il a rebondi à Sainte-Maxime avec une montée en Prénationale. Il a enfin retrouvé le niveau national à La-Londe-les-Maures (N3), puis à Lorgues (N3 aussi) pendant deux saisons avant d’atterrir à Rodez.

Fort de son 1,98 m, Anis Ghars a tout d’abord connu l’extérieur de la raquette en jouant au poste d’ailier jusqu’à ses 25 ans. Ce qui lui a permis de parfaire son jeu extérieur de passes, de dribbles et de shoots avec une facilité à dégainer, de près comme de loin. Par la suite, il s’est décalé vers un rôle d’ailier fort où il se sent mieux du fait de son physique qui lui permet de défendre dur et d’aller chercher les rebonds avec aisance. "Je me sens bien, le club a l’air clean, je vais jouer pour un entraîneur qui connaît bien le basket et je sais que, si on est au complet, on va faire mal, se réjouit-il. J’ai envie d’apporter à l’équipe mon expérience des différents échelons où j’ai joué, de manière à élever le niveau de jeu. Je suis venu ici parce que Junior était là et que le challenge de monter me plaît".

Ils ont déjà fait équipe aux Arcs

Ces deux joueurs ont évolué sous le même maillot durant deux saisons en R2 aux Arcs. C’est d’ailleurs Junior Mani qui a parlé du projet du RBA à Anis Ghars. Les deux se connaissent donc très bien sur le terrain, ce qui est un véritable plus pour l’équipe. "On se trouvait tout le temps, on les rendait fou, lance Anis Ghars. Je sais de quoi Junior est capable. Il peut attaquer 40 minutes et défendre 40 minutes. Quand il faudra mettre un stop il le mettra". "La relation avec Anis est magnifique. Je sais comment il bouge et comment je bouge. Ça va être un “plus” pour l’équipe, on est complémentaire en fait. C’est le joueur qui coupe bien, qui joue bien et qui peut shooter à 3 points", conclut Junior Mani.

Réagir