Rugby XV

Fédérale 1 : qu'espérer du Stade Rodez Aveyron en 2019 ?

Abonnés
  • Williams, au discours de fin de match, tout « in English ».   
    Williams, au discours de fin de match, tout « in English ».    Jean-Louis Bories -
Publié le / Modifié le S'abonner
Les Ruthénois ont soufflé le « show » puis le froid dimanche en s’imposant face à Castanet devant leur public, 28-24. Sont-ils capables de produire une deuxième phase réussie alors même qu’au club, la situation financière reste toujours plus précaire ?

Après une première phase plutôt décevante sportivement et lors de laquelle les finances du Stade Rodez Aveyron ont encore fait parler d’elles, au point d’ailleurs que la DNACG menace de le sanctionner de huit points en moins et d’une rétrogradation administrative en Fédérale 3 juste avant les fêtes de fin d’année ; le match de reprise dimanche à Paul-Lignon face à Castanet devait montrer dans quel état se trouvaient les troupes de l’entraîneur Arnaud Vercruysse.

« Au niveau de l’engagement, de l’envie, de la détermination, on doit être irréprochables. Il est question de ne rien lâcher, de survie », avait même prévenu avant le match dans ces mêmes colonnes le capitaine Mathieu Roca, sorti prématurément dimanche (28e) car se ressentant d’une douleur à la cuisse (qui ne devrait malgré tout pas l’empêcher d’être du déplacement ce dimanche à Nîmes). Il a dû être rassuré. Ou tout du moins partiellement. Car lui et les siens ont assuré un rythme d’enfer jusqu’à, peu ou prou, l’heure de jeu. Menant même 28-5, le bonus offensif en poche qui plus est, juste avant la 50e.

Puis la lumière s’est éteinte. Et les visiteurs se sont engouffrés sans que les Ruthénois ne puissent les contenir. Et même si Arnaud Vercruysse louait après le match son homologue (expulsé à la 73e) et son travail de sape (et de paroles) auprès de l’arbitre et surtout de ses hommes (« Thierry Fossat est un excellent stratège. Il a su cerner qu’on avait de jeunes joueurs et qu’en attirant leur attention, il pouvait petit à petit remettre les siens dans le match, et je trouve qu’il l’a très bien fait. »), il faut bien avouer que la défense sang et or s’est retrouvée en grande difficulté.

Une fois qu’on aura mis cet engagement-là pendant 80 minutes, on sera une équipe digne de ce nom. Pour le moment, je pense qu’on se cherche encore un peu sur le terrain. Mais on est en pleine croissance, on est en train de vraiment recréer un groupe. Je vois beaucoup de positif pour la suite : on va aller faire un coup à Nîmes. »

Ce n’est pas la première fois cette saison que l’équipe rencontre un trou d’air, dans ce secteur de jeu notamment. Peut-elle y remédier en 2019 ? Difficile à dire. Mais la réaction d’après-match de Benoît André, l’ancien Decazevillois excellent dimanche jusqu’à sa sortie à l’heure de jeu, s’avère éclairante à plus d’un titre : « On retient d’abord la victoire. Même si on a commis encore beaucoup de fautes de main, et qu’en deuxième on se relâche complètement. Il reste beaucoup de travail encore, mais on s’est rassuré avec cette victoire. C’est encourageant pour la suite et on va se remettre au travail dès lundi (hier) et essayer d’aller faire un résultat à Nîmes. Il faudra y mettre l’engagement qu’on a mis en première mi-temp

Une marge de progression, notamment collectivement, assez étonnante à ce stade de la saison, mais qui a au moins le don de sembler réelle. La question reste de savoir si le positivisme du talonneur aveyronnais sera suivi des faits ? Et que le groupe continuera à trouver les ressources pour vivre un hiver et un printemps 2019 intéressants ? Premiers éléments de réponse ce dimanche dans le Gard.
 

L'immobilier à Rodez

302 €

Situé proche de l'IUT et du centre ville de RODEZ, venez découvrir ce stud[...]

84500 €

Cité Cardaillac. Un appartement type 3 d'une surface totale de 59 mètres ca[...]

345000 €

Immeuble composé : Garages + terrain sur l'arrière 2 garages individuels (e[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir