Economie

Circulation à Paris: l'encombrement de carrefour verbalisé par caméra

  • Sur les 119.193 infractions relevées en 2018, 59% étaient de la circulation dans une voie de bus, 12% du stationnement dans une voie de bus, 19% du stationnement non autorisé, 6% du non respect de sas de vélo, 3% du franchissement de feu rouge, et 1%
    Sur les 119.193 infractions relevées en 2018, 59% étaient de la circulation dans une voie de bus, 12% du stationnement dans une voie de bus, 19% du stationnement non autorisé, 6% du non respect de sas de vélo, 3% du franchissement de feu rouge, et 1% DKart / IStock.com -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - L'unité de vidéo-verbalisation (UVV) de la préfecture de police, qui a dressé 119.193 PV en 2018 concernant une douzaine d'infractions, va s'attaquer aux automobilistes qui s'engagent dans les carrefours et bloquent la circulation notamment lorsque celle-ci est dense, selon la préfecture.

L'infraction "d'encombrements de carrefours" qui consiste à "engager un véhicule dans une intersection où il peut être immobilisé et gêner la circulation" est passible d'une amende de 90 euros, selon le code de la route.

"Nous allons cibler des carrefours stratégiques pour la circulation mais aussi pour les transports en commun", souligne le préfet de police Michel Delpuech. 

Il insiste également sur la verbalisation du non respect de la priorité à un piéton, passible d'une amende de 90 euros et d'un retrait de six points. "L'an passé à Paris nous avons compté, hélas, 36 victimes décédées. Parmi ces 36 victimes, vous avez 19 piétons", souligne-t-il.

Créée il y a six ans, l'unité de vidéo-verbalisation (UVV) se relaie de 07H00 à 20H30 dans les sous-sols de la Préfecture de police (PP) de Paris pour scruter les quelque 1.200 caméras disséminées dans la capitale. Sur 48 axes et huit carrefours accidentogènes, ils guettent les véhicules en infraction et verbalisent.

Près de 120.000 infractions ont ainsi été relevées en 2018, soit une "augmentation de 42%" par rapport à l'année précédente, selon Françoise Hardy, sous-directrice régionale de la circulation et de la sécurité routières de la PP.

Cette augmentation s'explique notamment par l'élargissement du champs juridique de l'UVV. "Il y a quelques années on relevait quatre ou cinq infractions et aujourd'hui on relève douze infractions différentes puisque depuis 2018 on peut relever le refus de priorité à piéton, le sens interdit, le franchissement d'une ligne blanche continue, non port de la ceinture...", explique-t-elle.

Sur les 119.193 infractions relevées en 2018, 59% étaient de la circulation dans une voie de bus, 12% du stationnement dans une voie de bus, 19% du stationnement non autorisé, 6% du non respect de sas de vélo, 3% du franchissement de feu rouge, et 1% d'autres infractions (non port de la ceinture, du casque...)

Les compétences de l'UVV devraient être progressivement élargies aux plateformes aéroportuaires d'Orly et de Roissy, notamment en ce qui concerne la répression des stationnements gênants.

Relaxnews
Réagir