Rugby - Fédérale 2

Les Millavois y ont cru jusqu’au bout

Abonnés
  • Les Millavois sont revenus  de nulle part après  avoir été réduits à 14.
    Les Millavois sont revenus de nulle part après avoir été réduits à 14. Repro CPA / Repro CPA
  • Héroïques, les joueurs du Som ont produit du beau jeu durant tout le match mais ont péché par indiscipline.
    Héroïques, les joueurs du Som ont produit du beau jeu durant tout le match mais ont péché par indiscipline. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner

En s’inclinant à la dernière minute sur une pénalité face à Pamiers hier après-midi au parc des Sports, le Som peut nourrir des regrets.

 

Ils étaient à quelques minutes d’une “remontada” spectaculaire. Mais un arbitrage pour le moins étonnant et la précision chirurgicale du buteur appaméen ont privé le Som rugby d’une quatrième victoire de rang à domicile. Comme il y a deux semaines face à Cahors, tout s’est joué dans les derniers instants du match. Mais là où le destin avait souri aux hommes de Didier Chouchan et Baptiste Majorel, c’est un sentiment d’amertume qui se lisait hier sur tous les visages. Pour autant, pas question de parler de nouvelle crise, tant les Millavois ont admirablement tenu tête au quatrième du classement.

Une indiscipline qui coûte cher

Avec l’enjeu des premières places pour Pamiers, on savait à l’avance que cette rencontre n’allait pas nous offrir du grand rugby. Dès les premières minutes du match, des Millavois indisciplinés offraient une pénalité qu’Alban Casenave n’allait pas se gêner de marquer (0-3, 5e). À cette tactique chirurgicale et anti-spectaculaire, qui constituait essentiellement à pousser Millau à la faute, les joueurs du Som ont répondu de la plus belle des manières : en jouant. Sur le renvoi, les Sud-Aveyronnais récupéraient très vite la balle et sans avoir le temps de dire "Ouf", Mathieu Castellarin allait aplatir dans l’en-but. Un essai qui conclut une très belle action collective et que Gauthier Escalais se devait de bonifier (7-3, 8e). Malgré ce début de match solide et très engageant au niveau du jeu, les Millavois sont tombés dans le piège d’Appaméens réalistes. Chaque action, chaque poussée donnait un peu plus l’occasion à Alban Casenave de montrer ses talents de buteur. Millau semblait ne pas avoir les armes pour réagir aux assauts ariégeois (7-15, 37e). Une situation cauchemardesque illustrée par le carton rouge d’Angelvy, sanctionné pour un coup de poing.

Dernières secondes fatales

Pour autant, en seconde période, le Som rugby n’a jamais cessé de tenter, d’essayer, de jouer. Avec le vent dans le dos, ils obtiennent rapidement des pénalités et Castellarin ne tarde pas à marquer un deuxième essai (20-15, 58e). Pendant ces vingt minutes de grâce, les Millavois étaient partout, à l’affût de la moindre erreur de jeu de Pamiers. À l’image de Nuku, Frangne et Perraux, exemplaires sur leurs lignes. Un chassé-croisé allait se mettre en place jusqu’aux dix dernières minutes, où Escalais redonnait l’avantage à ses coéquipiers au score (23-22, 70e). Millau aurait pu temporiser, attendre dans son camp. Il a préféré jouer et il a perdu. Sur une action litigieuse que l’arbitre considéra en faveur des Appaméens, Casenave crucifiait le Som devant un public scandalisé.

Il y a des victoires qui inquiètent et des défaites qui rassurent. Celle de Millau sur son terrain fait incontestablement partie de la deuxième catégorie. Mais les joueurs de Chouchan et Majorel devront très rapidement se remettre en selle, avant de se déplacer sur la pelouse de Castelsarrasin le 3 mars prochain. Avec l’esprit revanchard affiché par les Millavois, nul doute que cette rencontre face à un “gros” de la poule s’annonce alléchante.

Angelvy expulsé.
Angelvy expulsé. - Repro CPA

Angelvy a abandonné son équipe

C’est une situation sur laquelle on a du mal à mettre des mots tellement elle consterne et surtout attriste. Alors que les coéquipiers d’Ewen Perraux avaient une belle occasion d’essai en toute fin de première période, Arthur Angelvy se frustre et envoie un bourre-pif imprécis à son vis-à-vis appaméen. L’arbitre n’accordera aucune clémence au joueur Millavois. C’est la double peine : carton rouge et pénalité qui annihile l’action d’essai. Millau aurait pu aborder la seconde mi-temps avec le vent dans le dos et seulement cinq points de retard. Elle en aura finalement huit et sera réduite à 14 pour les quarante dernières minutes. Frustrant et terriblement bête. Angelvy risque jusqu’à huit matches de suspension, ce qui signerait la fin de saison.

 

Ils ont dit

Didier Chouchan, coach de Millau On ne peut pas se cacher : ce résultat n’est que frustration et déception pour nous, surtout avec un scénario comme celui-là. C’est juste dommage que l’arbitre ait façonné le score comme il l’a fait pendant tout le match. Sur la dernière action, on a un “contest” que l’arbitre ne siffle pas ; sur le contre, on prend la pénalité qui nous fait perdre. Tous ces faits de jeu nous ont coûté très cher. Je suis vraiment très déçu pour les joueurs qui n’ont rien lâché, qui sont allés jusqu’au bout de leurs efforts. On va poursuivre jusqu’à la fin de la saison sur ce même état d’esprit : être des guerriers. Je pense que nous avons offert un beau match à nos supporters et c’est ce qui nous réconforte. À nous de faire ce qu’il faut contre Castelsarrasin dans deux semaines.

Benoît Marfaing, coach de Pamiers En toute humilité, nous avons fait un match opportuniste et très réaliste. On a concrétisé pratiquement toutes nos occasions et notre buteur nous a permis d’arracher cette victoire. C’est une belle victoire pour nous car ce n’était pas obligatoire de prendre des points à Millau. On sait qu’ils sont très accrocheurs à la maison et que nos adversaires directs n’ont pas pu ou ne feront aucun résultat ici donc c’est du pain bénit pour nous. On a vraiment fait le match parfait, avec une belle frayeur en deuxième mi-temps mais où avec le mental nécessaire pour l’emporter. On va pouvoir aborder la suite de façon un peu plus libérée.

 

VERDOUX Louis
Voir les commentaires
Réagir